Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 16:36

Petit Chinchilla 

 

 

APRES LA MISE BAS

 

L'ALLAITEMENT

Les glandes mammaires sont placées sur la face ventrale de la lapine depuis la région pectorale jusqu'à la région abdominale, par paires.  En général, il y a 4 paires (58 % de sujets) parfois 3 (9%) rarement 5 (6%).  Parfois, une mamelle d'une paire est absente. ce qui explique que l'on peut en trouver un nombre impair : 9 (9 % des lapines), 7 (15 %), 5 (3 %).

La sécrétion lactée de la lapine est particulièrement abondante par rapport à son poids et doit permettre une croissance extrêmement rapide d'une portée, dont le poids est très élevé, proportionnellement au poids de la lapine.  Il est sans doute bon de rappeler quelque particularités :

- A la naissance. le jeune perd du poids et retrouve ou dépasse légèrement son poids de naissance au bout de 24 heures (la perte, maximum en 2 à 3 heures, est de 4 à 5 grammes).

- En une semaine, le jeune a doublé son poids de naisssance et son poil a poussé.

- Vers 11 jours, il ouvre les yeux.

- Vers 13 jours, il commence à se servir de ses pattes.

- Vers 15 jours. il commence à y avoir des aliments autres que le lait dans son estomac (jusqu'à 2/5ème du contenu stomacal).

- Vers 3 semaines le poids se situe autour de 350 g. parfois plus (variable selon les races et les souches).

- Vers 25 jours, les dents de lait sont remplacées par les dents définitives.

- Vers un mois. le jeune a atteint environ 8 fois son poids de naissance ; le matin, l'estomac contient jusqu'à 40 % de « pilules fécales » indiquant que la caecotrophie ou pseudorumination a commencé.

En ce qui concerne la lactation, il est important de bien savoir qu'elle commence à décroître, et rapidement, dès le 21ème jour : on peut remarquer qu'à cet âge, il y a déjà huit jours que le lapereau a commencé à manger un peu ; on peut donc en conclure que le sevrage vers un mois peut se faire sans inconvénients majeurs.

Ces diverses données permettent de mieux comprendre l'effort que représente pour la lapine une sécrétion lactée relativement courte, mais très importante en quantité, succédant à une gestation courte, elle aussi. Les foetus, passent en 20 jours, d'un poids de 4 à 5 grammes, à leur poids de naissance se situant entre 50 et 60 gr. par sujet d'une portée moyenne de 6 jeunes.

Outre les besoins protéiques nécessités par la gestation, puis par la lactation. cela implique des besoins minéraux importants pour la formation du squelette des jeunes, tant pendant la gestation que pendant l'allaitement.  Cela explique un certain nombre d'accidents liés à la gestation et à l'allaitement, directement comme la fièvre de lait, ou indirectement comme l'entérotoxémie.

La fréquence de cette dernière chez la lapine allaitante s'explique par les besoins nutritifs de cette période ; la lapine mange beaucoup pour les couvrir et si l'aliment employé est fortement azoté, pour peu qu'il soit complété par un fourrage de luzerne, également riche en protéines, on arrivera rapidement à un excès d'azote qui favorise cette maladie.

 

LA MAMMITE

La mammite est une affection de la mamelle relativement peu fréquente chez la lapine, comparativement aux autres femelles domestiques.  Elle est en général due au staphylocoque ; elle peut rester localisée à une mamelle, ou au contraire, envahir la totalité des glandes mammaires ; les symptômes sont faciles à déceler : il y a enflure de la glande et souvent ulcération avec écoulement purulent épais jaune pâle.  Non soignée, la mammite peut entraîner la mort, mais il peut aussi se former de petits abcès qui s'ouvrent et laissent s'écouler le pus, l'animal pouvant alors survivre.

Les jeunes absorbant du pus ou du lait contaminé de staphylocoque, meurent ou perdent du poids ; si une lapine meurt de la mammite, il ne faut jamais faire nourrir ses petits par une autre, car ils la contamineraient en têtant.

Traitement : Il faut, le plus rapidement possible, appliquer un traitement antibiotique : 2 à 3 injections à 48 heures d'intervalle.  Les pommades antibiotiques, sont peu conseillables, car il est impossible de les introduire dans les canaux.  Le traitement permet la guérison de la lapine, mais, en général, la mamelle atteinte est perdue, c'est pourquoi si la mammite intéresse plus de deux mamelles, le plus sage est d'éliminer le sujet de la reproduction, son avenir de laitière se trouvant compromis.

 

LA MORTINATALITÉ

On désigne sous ce terme, les mortalités qui se produisent chez les tout jeunes animaux, pratiquement dans la première semaine.  Chez le jeune lapereau, deux causes sont à retenir en dehors des cas d'abandon par la mère ou de cannibalisme.  Ce sont la colibacillose et la salmonellose.  Nous reviendrons sur ces maladies, mais nous pouvons déjà dire qu'elles sont susceptibles de provoquer des avortements survenant peu avant la mise bas normale ; si l'avortement ne se produit pas, il peut y avoir mortalité dans le jeune âge, et jusque vers 10 à 12 jours.  Les traitements antibiotiques peuvent être essayés sur la lapine.  Les autovaccins efficaces dans la salmonellose sont plus aléatoires dans la colibacillose.  A ces causes de mortalité d'origine infectieuse, il faut ajouter la staphylococcie ; on trouve parfois du staphylocoque pathogène dans les organes de lapereaux morts dans le nid.  Il y aurait toujours lieu de vérifier si la maladie n'a pas son origine dans une mammite de la lapine, passée inaperçue.

Un certain nombre de malformations des lapereaux, d'origine congénitale, ont été observés par divers auteurs.  Il serait trop long et sans intérêt ici d'en donner une liste, car elles n'ont en général qu'une incidence individuelle. Cependant, les anomalies se répétant avec une certaine fréquence chez une femelle doivent faire suspecter une tare héréditaire et conduire à son élimination ; chez plusieurs femelles, il faudra suspecter une tare d'un mâle reproducteur, ou surtout une carence vitaminique des reproductrices ; en particulier, la carence en vitamine A peut produire des lésions oculaires, des convulsions de l'hydrocéphalie (liquide abondant dans la cavité crânienne avec tête anormalement grosse).  Ces cas d'avitaminose restent rares.

 Nain blanc

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Je vous remercie pour l'accueil. 07/10/2016 16:37

Ediaffo

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories