Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 10:33

Dragon bleu martelé


POURQUOI LES PIGEONNEAUX TOMBENT-ILS DU NID ?


Dans des conditions normales, les pigeonneaux sont nourris au nid par leurs parents, pendant environ quatre semaines.  Puis, sans vraiment les abandonner, les nourriciers cessent d'exercer leurs fonctions.  C'est juste à ce moment ou un peu avant, qu'il faut sacrifier les jeunes lorsque telle est leur destinée, car ils vont rapidement perdre du poids.

En effet, privés de nourriture, les pigeonneaux vivront sur leurs réserves, à la rigueur un jour ou deux, puis poussés par la faim et de plus en plus curieux de découvrir le monde qui les entoure, ils tenteront l'aventure en descendant du nid, plus ou moins maladroitement, souvent assistés très provisoirement par un des parents et parfois même des deux.  Ce processus est tout à fait naturel, et correspond à ce qui se passe à l'état sauvage, avec la différence que dans ce cas, les adultes qui n'ont pas encore entamé une nouvelle couvée, sont beaucoup plus disponibles pour guider leur progéniture ; en outre, la concurrence est nulle ou presque.

Il en va tout autrement dans une volière souvent surpeuplée où les jeunes qui « débarquent », perdent très vite l'assistance de leurs parents occupés à d'autres tâches ou qui dans le meilleur des cas, se lassent très vite d'avoir à livrer bataille aux uns et aux autres pour vouloir escorter leurs rejetons passablement perdus dans ce milieu qui leur est encore inconnu, et où des congénères agressifs - presque toujours des mâles - les prennent systématiquement à partie.  Il leur faut alors trouver un refuge aménagé pour eux par le colombiculteur, et aussi puiser en eux-mêmes une certaine assurance, pour ne pas se faire molester sévèrement, les plus timides et les moins dégourdis risquant de se faire scalper et de succomber sous les coups répétés des adultes qui voient en eux des intrus, étrangers en effet à la collectivité.

On doit noter au passage que les pigeonneaux qui naissent et grandissent au sol, ne sont jamais attaqués aussi sauvagement par les adultes qui pour les avoir vu se transformer, les considère comme étant des leurs, et se contentent parfois de les bousculer, sans jamais s'acharner.  Pour ces jeunes nés par terre, l'intégration à la communauté est beaucoup plus facile.

En revanche, pour ceux qui descendent du nid, il en va tout autrement, et à ce stade, les pertes par blessures et mutilations sont fréquentes.  Pour cette raison nous avons toujours recommandé la méthode qui consiste à enlever les pigeonneaux du nid, juste avant qu'ils en sortent, pour les regrouper par petits lots de sujets du même âge ou presque, dans des cages assez vastes où ils apprennent rapidement à boire et à manger et où ils perdent une partie de leur timidité, ce qui leur permettra de tenir la dragée haute à leurs congénères plus âgés, lorsqu'ils seront mis en volière.

Il arrive aussi que des pigeonneaux se retrouvent au sol, alors qu'ils n'ont pas encore atteint l'âge du sevrage, qu'ils sont bien sûr incapables de voler, et qu'ils ont même souvent du mal à se déplacer.  A moins que l'éleveur ait la possibilité d'intervenir rapidement, ils sont presque toujours condamnés, car même si leurs parents tentent de les nourrir au sol, ce qui est déjà improbable et en tout cas problématique, ils seront mis à mal par les autres adultes, pour les raisons que nous venons d'exposer, et d'autant plus facilement qu'ils sont handicapés pour fuir et qu'ils n'ont même pas le réflexe de chercher un abri.  On remarquera que même si ces jeunes oiseaux sont replacés à temps dans leur nid, ils se retrouvent presque toujours au sol, peu de temps après.

Il faut donc rechercher les raisons qui font que des pigeonneaux tombent du nid, si l'on veut éviter que les pertes se multiplient.  Il y en a évidemment plusieurs, à commencer par les nids qui peuvent être trop petits, mal conçus, parasités, ou encore excessivement sales.  Les jeunes se mettent alors à chercher un endroit plus confortable, et pour peu qu'ils arrivent à franchir la planche de retenue, ils risquent, la maladresse aidant, de se retrouver au sol.  Il est certain que ceci ne peut guère se produire si à la place des nids, on utilise des cases d'élevage assez vastes et bien étudiées.

Des parents de santé précaire ou en mauvaise forme physique sont incapables de nourrir suffisamment leurs petits que la faim pousse hors du nid.  De même, des pigeonneaux chétifs sont négligés par leurs parents et souffrent également de la faim, ce qui conduit au même résultat.  Dans un cas comme dans l'autre, il faut se méfier tout particulièrement des parasitismes interne (vers) et externe (poux).

Les qualités de nourricier entrent également en ligne de compte, et à ce sujet, le mâle porte une responsabilité considérable dans la mesure où il assure le plus gros travail de nourrissage, surtout après que les pigeonneaux aient atteint l'âge de huit à dix jours, alors que la femelle prépare une nouvelle couvée.  Indépendamment de la question sanitaire que nous venons de citer, il s'agit là d'un problème d'hérédité qui ne peut donc se solutionner que par la sélection.

Il est certain que des pigeonneaux qui sont convenablement logés, et bien nourris par des parents en bonne forme physique, ne cherchent pas à quitter le nid avant d'avoir atteint l'âge du sevrage.  S'il en est autrement, s'ils piaillent fréquemment et paraissent agités, c'est que quelque chose ne va pas.  Dans un élevage où tout se passe bien, on ne doit pratiquement pas entendre les jeunes au nid.

Enfin, l'alimentation des reproducteurs joue bien sûr un rôle important.  Il est évident que si la nourriture est rationnée, ce qui est tout à fait contre-indiqué lorsqu'il y a des jeunes, ceux-ci risquent fort de rester sur leur faim, avec les inconvénients que cela entraîne, ne serait-ce que dans leur comportement. On doit aussi veiller à la qualité des aliments, à leur appétence, et à l'équilibre de la ration, de façon à éviter les carences (notamment en protéines, vitamines et minéraux), qui affectent les parents, et ne leur permettent pas de produire des pigeonneaux suffisamment robustes, ceux-ci risquant de se retrouver au sol beaucoup trop tôt, pour les raisons que nous savons.

 Vizor noir

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories