Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 17:09


 

  LA CONDUITE DE L'ELEVAGE DU FAISAN

Le choix des reproducteurs et la sélection se font uniquement sur l'aspect extérieur des faisans. La plupart des éleveurs choisissent comme futurs reproducteurs les femelles issues de leur propre élevage (nées en mai ou juin), et achètent ou échangent les mâles à l'extérieur.

Les critères de choix des reproducteurs les plus cités sont :la grosseur de l'animal (les plus lourds sont retenus), et l'emplumement (importance et coloris) pour les mâles et la conformation pour les femelles. Très peu d'éleveurs enregistrent la production par parquet ; ainsi, la sélection des reproducteurs sur leurs performances est rare alors qu'elle est nécessaire pour l'amélioration de la productivité.

La mise en place des parquets de ponte a lieu, en général, vers la mi-février et nous avons vu précédemment que les parquets individuels (1 coq et 6 poules), étaient les plus utilisés. Les reproducteurs sont tous vermifugés, parfois vaccinés contre la peste aviaire et reçoivent un aliment spécial pour la ponte (riche en protéines, minéraux et vitamines).

Les oeufs sont ramassés entre une fois et trois fois par jour (2 fois en moyenne vers 13 heures et 19 heures). A ce stade, les oeufs félés sont éliminés.

Quelques différences sont observées dans l'élevage des jeunes. Les litières rencontrées pour les poussins dans les trois premières semaines peuvent être constituées de copeaux, de paille ou de foin. De l'avis des auteurs, le meilleur confort est assuré par les copeaux dépoussiérés, bien que ce soit la solution la plus onéreuse.

La date d'accès à la petite volière (attenante à la poussinière) varie de la fin de la deuxième semaine à la quatrième semaine. En fait, cette date de sortie dépend des conditions climatiques.

La date d'accès à la grande volière s'échelonne entre la septième et la dixième semaine. Cette différence s'explique par les conditions climatiques mais aussi par la nécessité de libérer les locaux pour les bandes suivantes (une nouvelle bande étant démarrée chaque semaine).

Des interventions sont nécessaires, un des plus gros problèmes rencontrés dans l'élevage de faisans est le picage (non spécifique à cette espèce). Cette expressin de l'agressivité dont les causes sont multiples entraîne un grave défaut d'emplumement, des blessures et parfois de la mortalité.

L'aspect extérieur de l'oiseau étant primordial, il est impératif de limiter cette "maladie du comportement" (trop importante chez trois éleveurs sur dix).

Les raisons principales du picage dans les élevages visités sont la trop grande densité d'animaux et la manque de couverture végétale.

Pour résoudre ce problème, les éleveurs pratiquent au cours de la croissance de l'animal entre une et quatre interventions (pose d'anneaux, de lunettes ou de protecteurs sur le bec).

La pose de lunettes n'intervient que dans la période de la 6ème à la 10ème semaine.

 

Environ 30 kg d'aliment par reproducteur et par an

Les consommations d'aliment enregistrées sur l'année pour les reproducteurs sont évaluées à :

- 22 kg en parquet de ponte (18 à 24 kg),

- 9,5 kg au cours de l'entretien (8 à 11 klg),

- soit à 31,5 kg en tout (26 à 35 kg).

Les écarts de consommation observés sont dus au gaspillage de l'aliment et à la durée de ponte.

Pendant la phase de démarrage, (entre les 3 à 6 premières semaines suivant les élevages), les faisandeaux reçoivent un aliment dit de premier âge, sous forme de semoulette. Suivant la durée de cette phase, les animaux consomment entre 500 et 1200 grammes chacun.

Durant la phase suivant de croissance, on distribue, en général, sous forme de granulé un aliment de deuxième âge, jusqu'à la 6ème ou 11ème semaine.

Après cette période, le faisan reçoit un aliment d'entretien, mais dispose aussi d'un agrainage dû aux cultures dans les volières ou à la distribution de graines en mélange avec l'aliment composé.

Au total, le faisan de cinq mois a consommé entre 7 et 11 kg d'aliment acheté suivant la présence de cultures sous volières.

La couverture végétale en volière est un aspect très important de l'élevage puisqu'elle permet une diminution du picage. Les cultures pratiquées sont très diverses : maïs, orge, avoine, tournesol, sorgho, chou fourrager et différentes graminées fourragères et, nécessite un travail du sol.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories