Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 16:13

UNE PERIODE DIFFICILE POUR LA REPRODUCTION

 

Tout éleveur de lapins connaît les difficultés de reproduction qui apparaissent chaque année dans l'élevage de septembre à février. Le nombre de mises bas et celui des lapereaux sevrés par femelle présente sont en baisse à cette saison. L'éleveur doit donc être particulièrement attentif durant l'automne et l'hiver pour surveiller les saillies, les renouveler et donner à la mère les conditions indispensables à la survie des lapereaux, notamment avant leur sevrage.

Pour savoir si une lapine est gestante, la présentation du mâle n'est pas un indice certain ; car si elle se laisse saillir, cela ne veut pas toujours dire qu'elle était vide, et si elle refuse, cela ne veut pas forcément dire qu'elle est pleine.

Une méthode plus efficace est de palper la lapine 15 à 25 jours après la saillie. Cette manipulation est évidemment délicate, mais avec de la douceur et de l'entraînement, elle devient aisée et sans danger.

Précisément dans les derniers mois de l'année, il existe une baisse de réceptivité des femelles, marquée dans les clapiers éclairés naturellement. C'est pourquoi les présentations aux mâles sont à renouveler souvent en cas d'échecs.

Si vous voulez produire suffisamment de lapereaux en hiver,  vous devez préparer votre « recette » en temps utile.

DES SAILLIES PARFOIS COMPLIQUEES

Bien qu'il n'y ait aucun moyen commode pour obtenir des saillies fécondantes systématiquement, un ensemble de facteurs favorisant existent. Tout d'abord, une photo-période claire de 14 à 16 heures, appliquée très tôt en saison (15 juillet), limite l'incidence de "mauvaise saison" (septembre à novembre).

Des saillies faites toujours à la même heure et très tôt le matin (au début de la période claire) semblent donner de meilleurs résultats. Une lapine qui refuse un mâle peut accepter son voisin, mais si elle refuse le troisième, c'est inutile d'insister. Il est inutile aussi d'attendre plus de 5 minutes l'accouplement avec un mâle donné ; il vaut mieux changer de mâle ou attendre le lendemain.

Certains éleveurs expérimentés prévoient l'état de bonne réceptivité de la femelle en observant la vulve qui a une teinte très foncée lorsque la femelle est prête à être saillie. Cette tendance n'est pas une caractéristique certaine de réceptivité.

Un bon critère de réceptivité, utile surtout pour faire réaliser la première saillie à un jeune mâle, est de regarder si la femelle "se lève" sur les pattes arrière. Un morceau de sparadrap collé sur la vulve permettra de faire ce test avec un mâle entraîné en évitant l'accouplement. Le dernier recours avant l'élimination sera d'utiliser la technique dite de la "saillie forcée" qui consiste à présenter la femelle au mâle, le bassin maintenu soulevé. Le résultat d'un tel accouplement est assez souvent positif.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories