Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 16:42

  


  L’EAU DE BOISSON

ET LA CONSOMMATION d’ALIMENT DU LAPIN

 

LE COMPORTEMENT ALIMENTAIRE DEPEND DE L'ABREUVEMENT

 

En effet, la quantité d'aliment ingérée est étroitement liée à la consommation d'eau, le travail de la digestion nécessitant un abreuvement suffisant. Aussi, une restriction en eau s'accompagne-t-elle généralement d'une baisse de la consommation alimentaire et par suite, d'une baisse de la croissance. Or, plus la croissance est rapide, plus elle est économique. L'eau ne coûte pas cher. Ne l'économisez donc pas si vous cherchez à obtenir rapidement des lapins de boucherie, par exemple !

Inversement, pour des sujets à l'entretien ou de futurs reproducteurs, l'ingestion d'une quantité incontrôlée de nourriture conduit à l'obésité et au gaspillage. Dans un système d'alimentation à volonté, toujours plus pratique qu'une alimentation rationnée, il pourrait être intéressant ne serait-ce que par un choix judicieux de l'horaire de distribution de la boisson, d'assurer une croissance correcte des animaux à l'engrais tout en restreignant la consommation des futurs reproducteurs et même des lapines en gestation, puisque Lebas a montré qu'un tel rationnement est bénéfique pour le démarrage de la lactation ultérieure.

 

LE LAPIN MANGE SURTOUT LA NUIT

 

Le comportement alimentaire du lapin en croissance est caractérisé par :

- l'absence de véritables repas : le lapin  mange et boit successivement, à intervalles très irréguliers, des quantités d'aliments et d'eau elles-mêmes variables ;

- une accentuation progressive avec l'âge, de la consommation nocturne.

Ainsi, des mesures effectuées sur des lapins néo-zélandais ont montré que ceux-ci consommaient à l'âge de 18 semaines en moyenne et par 24 heures :

- 64 g d'aliment sec (granulé commercial à 15% de protéines brutes, 13% maximum de cellulose brute) pendant les 14 heures de lumière auxquelles ils étaient soumis et 97 g de ce même aliment pendant les 10 heures restantes d'obscurité.

Ces quantités étaient prélevées au cours de respectivement 13 et 21 prises d'aliment en moyenne.

Dans le même temps, leur consommation d'eau de boisson s'est élevée en moyenne à 119 g pendant la durée d'éclairement et 187 g pendant la durée d'obscurité, ceci au cours de respectivement 14 et 21 buvées.

Cette expérience montre au passage que les lapins boivent une quantité d'eau sensiblement double de celle d'aliment.

 

LE LAPIN BOIT ENVIRON 2 LITRES D'EAU PAR KG DE NOURRITURE SECHE

 

Il existe une relation très étroite entre les quantités d'eau et d'aliment granulé ingérée : l'animal en croissance consomme de 1,8 à 2,2 fois plus d'eau que d'aliment, soit 1,5 à 2 fois plus d'eau que de matière sèche.

D'autre part, cette courbe fait apparaître au moment de la mise en cages individuelles, une baisse relative de la consommation. Ce phénomène que vous avez peut être observé est fréquent lorsque l'on transporte un lapin d'une cage à un autre. Celui-ci met un certain temps à s'adapter à son nouveau milieu, en particulier à son nouvel abreuvoir.

Certains vont même jusqu'à se laisser mourir de soif près d'abreuvoirs en parfait état de marche.

La lapine, quant à elle, a des besoins en eau particulièrement élevés pendant la lactation; En effet, si pendant la gestation, le rapport eau/matière sèche de la ration doit être de l'ordre de 1,7 à 2, par contre, pendant la lactation, il est de l'ordre de 2,2 à 2,4 ce qui fait qu'une lapine pesant 4 kg qui peut consommer 400 g d'aliment sec, doit boire plus d'un litre d'eau par jour. Veillez donc tout particulièrement à apporter suffisamment d'eau à vos lapines allaitantes !

 

EFFET D'UNE REDUCTION DE LA DUREE D'ABREUVEMENT

 

Des essais effectués sur des lapins néozélandais avaient montré que la limitation de la durée d'abreuvement à 10 mn par jour, puis 10 mn tous les deux jours entraînait une chute importante de la consommation d'aliment au cours des premiers jours, suivie d'une adaptation progressive lorsque la distribution d'eau était quotidienne. Le niveau de consommation était alors inférieur à la normale de 14 à 24% avec une distribution quotidienne, de 30 à 46% avec une distribution un jour sur deux.

La vitesse de croissance n'était pas significativement réduite dans le premier cas, par contre une restriction plus sévère entraînait un ralentissement de croissance chez les sujets les plus jeunes, un arrêt de croissance ou une chute de poids chez les lapins les plus âgés.

La restriction de la durée d'abreuvement  qui, en fonction de l'intervalle entre périodes d'abreuvement et de l'âge des animaux, se traduit par une diminution de la quantité d'eau consommée a des conséquences directes sur la consommation alimentaire et par suite, sur les performances de croissance et d'engraissement.

Du point de vue pratique, ces essais mettent bien en évidence l'influence néfaste d'un arrêt d'abreuvement accidentel sur la consommation d'aliments du lapin.

 

AUTRES FACTEURS QUI INFLUENCENT LA CONSOMMATION D'EAU

 

Consommation d'eau et d'aliment sont, nous l'avons vu, étroitement liées. D'autres facteurs interviennent également qui influent à la fois sur chacune de celles-ci.

C'est ainsi, qu'à côté de probables différences génétiques et du rôle de l'état sanitaire de l'animal, les conditions d'ambiance ont une influence certaine sur le comportement alimentaire.

Ainsi des températures élevées entaînent-elles une baisse de la consommation alimentaire  (-20% lorsque l'on passe de 20° C à 30°C), tant en matière sèche qu'en eau, même si le rapport eau/matière sèche a alors tendance à croître.

Enfin, les conditions d'éclairement du fait du caractère essentiellement nocturne de l'alimentation du lapin, peuvent modifier son niveau de consommation.

Il est intéressant de constater que l'eau, aliment économique s'il en est (et pourtant souvent le plus négligé) constitue un élément indispensable de l'alimentation, mais surtout, du fait de la relative constance du rapport eau/matière sèche ingérée est susceptible de se révéler être un facteur déterminant de la régulation de la consommation alimentaire des lapins.

  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Cassar Daniel 14/12/2010 19:00


ce site est très bien fait . Mes félicitations
Daniel


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories