Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 16:37


LES CAGES POUR LAPINS

 
    LES CAGES INDIVIDUELLES

Ce mode d'élevage est plus couramment utilisé pour le lapin de chair au moment des saillies ; les femelles sont amenées manuellement dans la cage du mâle.

Les cages possèdent ou non de la litière.

Les cages avec litière

L'élevage sur litière, qu'il soit en plein air ou dans des bâtiments anciens aménagés, n'est pas à rejeter pour un élevage familial ; par contre, pour un élevage important, il serait aberrant d'envisager un tel système, compte tenu du surcroît de travail et des risques sanitaires qu'il entraîne.

Le clapier traditionnel : les cages généralement en ciment, ont des dimensions très variables : 60 à 70 cm de profondeur, 60 à 120 cm de longueur, et 50 à 60 cm de hauteur, la porte grillagée ouvrant sur toute la façade. La mangeoire et l'abreuvoir sont généralement de simples augettes en ciment. Compte tenu des difficultés de nettoyage, de changement de litière, d'approvisionnement des abreuvoirs et des mangeoires, ces clapiers ne sont pas d'une utilisation pratique.

Néanmoins, un certain nombre d'améliorations sont réalisables. On peut y installer :

- des trémies à granulés et des abreuvoirs automatiques,

- un faux plancher grillagé ou un caillebotis.

Mais ce type de matériel reste d'une utilisation peu commode et ne se justifie que dans de petites unités.

Le clapier en litière profonde est comparable au précédent, si ce n'est que la litière est conçue différemment. Celle-ci se compose de 10 à 15 cm d'une matière absorbante (tourbe ou copeaux de bois) recouverte régulièrement de paille propre. Ce système a l'avantage par rapport au précédent, de réduire le temps nécessaire au nettoyage. En effet, le renouvellement de litière ne s'effectue que toutes les six semaines : entre-temps il suffit de recouvrir régulièrement le fond de la cage d'un peu de paille. Ce système, tout en conservant le confort lié à l'utilisation de la paille, permet son utilisation dans les élevages de moyenne importance.

Les cages sans litière

Dans l'élevage rationnel, l'utilisation des cages grillagées est quasi systématique. Les parois de ces cages sont le plus souvent constituées de grillage à mailles de 25 X 25 mm, mais on trouve aussi des parois pleines en tôle galvanisée ou en matière plastique.

Le fond peut être composé de différents matériaux :

- le grillage métallique  : il s'agit le plus souvent d'un grillage à mailles soudées de 25 x 13mm ou 70 x 13mm, d'un diamètre de 1,8 à 2,4 mm ; le grillage tressé de 15 x 15 est parfois utilisé, mais il a l'inconvénient de se nettoyer difficilement.

Les avantages tiennent au nettoyage et à la désinfection aisés, à la séparation de l'animal de ses déjections, à la facilité d'évacuation de ces dernières. Par contre, on peut lui reprocher d'être parfois, de par sa structure ou les défauts de galvanisation, à l'origine de maux de pattes (en particulier chez certaines souches lourdes ou très nerveuses) ;

- le grillage plastifié est semblable au précédent, mais recouvert d'une pellicule de plastique. Mis à part le grillage rilsanisé, il faut savoir que l'animal détériore rapidement la pellicule de plastique qui devient alors blessante pour les pattes de l'animal ; de plus, le plastique ne résiste pas à la flamme. Ce type de grillage a l'avantage de rendre le sol de la cage plus confortable et moins blessant (en particulier pour le grillage rilsanisé), par contre son coût est supérieur à celui du grillage métallique ;

- le caillebotis qu'il soit en bois ou en plastique, a l'avantage tout en séparant l'animal du contact de ses déjections, de permettre une adaptation aisée des adultes, quelle qu'en soit la souche. Il a par contre l'inconvénient d'être d'un prix relativement élevé et de ne pas se nettoyer et se désinfecter aisément.

Quels que soient les matériaux utilisés pour leur construction, le principal progrès depuis l'utilisation du grillage fut la mise au point  de "cages indépendantes ", c'est-à-dire de "cages-tiroirs". Leur mobilité permet de les nettoyer à l'extérieur des cellules d'élevage, de pouvoir les mettre à tremper dans un bac de désinfection, et de pouvoir les stocker à l'extérieur afin d'organiser un chantier de nettoyage. Mais l'utilisation de cages grillagées supprime toute possibilité de protection du lapin vis-à-vis des courants d'air. L'installation d'un tel matériel oblige l'éleveur à porter une attention particulière au choix et à la régulation du système de conditionnement des locaux.

Les cages de reproducteurs sont conçues pour abriter soit une femelle et sa portée jusqu'au sevrage, soit un mâle adulte. Il est donc nécessaire que les dimensions soient suffisantes pour ce type d'utilisation : permettre l'installation d'une boîte à nid pour les femelles et la réalisation d'une saillie pour les mâles.

Les dimensions de ces cages sont très variables en fonction des fabricants, puisque la longueur varie de 50 cm à 1 m, leur hauteur de 25 à 30 cm et leur profondeur de 40 à 80 cm.

 

L'EQUIPEMENT DES CAGES

 

Bien qu'étant considéré comme annexe, le petit matériel a souvent une grande influence sur la bonne marche de l'élevage.

Les trémies

Celles que l'on trouve dans le commerce sont généralement conçues en tôle galvanisée, ou en matière plastique inrongeable. Il importe qu'elles soient facilement démontables, lavables et désinfectables pour faciliter les opérations de nettoyage. Leur contenance doit être suffisante, mais sans plus, afin de pouvoir obtenir une dose d'aliment minimale pour trois jours, pour les reproducteurs ou pour les sujets à l'engraissement.

Il est nécessaire qu'elles soient étudiées pour éviter le gaspillage ; elles doivent donc être munies d'un rebord de taille suffisante et constituées de postes de consommation telles (7 à 9 cm) qu'elles ne permettent pas aux lapereaux de s'y nicher, ou aux adultes d'y introduire leurs deux pattes en même temps que la tête. F. Lebas a montré qu'un seul poste de consommation est suffisant pour dix animaux. Le lapin ne consommant pas la poussière et étant très sensible des voies respiratoires, il importe que sa trémie soit munie d'un fond perforé pour éliminer les particules d'aliments.

Les abreuvoirs

Si autrefois l'abreuvoir n'était pas un élément important de l'aménagement de la cage du lapin, il en est tout autrement aujourd'hui, avec l'utilisation d'aliments granulés, dont la teneur en eau est au maximum de 14%. De plus, un défaut d'abreuvement est beaucoup plus grave qu'un manque de nourriture.

Les abreuvoirs automatiques sont couramment employés, ils peuvent être du type goutte-à-goutte ou à niveau constant. Si les abreuvoirs à surface d'eau libre peuvent paraître plus intéressants (les animaux voyant directement l'eau), il faut savoir que leur utilisation demande un nettoyage régulier, car ils sont fréquemment souillés par des déjections ou des débris d'aliments.

Les abreuvoirs goutte-à-goutte mettent à la disposition des animaux une eau toujours renouvelée, donc propre, mais la vérification de leur fonctionnement est plus difficile car un arrêt d'abreuvement n'est pas visible.

La boîte à nid

L'utilisation d'une boîte à nid est indispensable dans le cas de l'élevage en cages grillagées. En effet, c'est le lieu où la lapine mettra bas, puis allaitera ses petits. Elle a essentiellement un rôle de protection des lapereaux contre leur environnement, c'est-à-dire le froid, l'humidité et les mouvements brusques de leur mère.

La boîte à nid pourrait abriter simultanément la lapine et sa portée lors de la mise bas, et lors de l'allaitement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories