Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:33


COMMENT ENVISAGER L’AVICULTURE ARTISANALE

 

    Voyons d'abord les bâtiments qui sont né­cessaires pour loger correctement, sinon luxueusement, vos pensionnaires, suivant ce que vous désirez entreprendre:

1) Dans tous les cas : une poussinière et un poulailler (éloigné autant que possible de la poussinière).

2) Si vous faites surtout de l'oeuf et voulez élever deux troupeaux de poulettes par an : une poussinière, deux poulaillers et, ce qui est mieux, en plus des deux poulaillers, des ar­ches pour élever vos poulettes au grand air, depuis leur sortie de la poussinière jusqu'à leur entrée en poulailler de ponte.

3) Si vous faites du poulet et que vous n'éle­viez au maximum que quatre bandes par an, un seul poulailler pourra suffire si vous ven­dez à onze semaines. Mais si vous voulez élever une bande par mois, vous devrez dis­poser de quatre poulaillers d'élevage. Ces poulaillers seront plus ou moins vastes, sui­vant le nombre des bandes à loger. Nous  donnerons ci-après les dimensions convenant au nombre des pensionnaires.

Mais avant d'aller plus loin et pour vous per­mettre de supputer vos nécessités de loge­ment, risquons pour vous un pronos­tic.

Certes, l'aviculture artisanale peut encore se défendre ‑ du moins pour l'instant ‑ avec son poulet, puisque, actuellement, le consom­mateur réclame de préférence du "poulet fer­mier". Mais cette situation favorable du "pou­let fermier" peut se modifier un jour car de gros industriels du poulet font une campagne importante de publicité auprès du consomma­teur en faveur d'un poulet ‑ à marque ‑ offert au public comme étant de qualité régulière­ment bonne et présenté dans un conditionne­ment publicitaire l'avantageant visuellement.

Cependant, la production, et surtout la vente, de l'oeuf paraît plus sûre.

Nous savons qu'un des gros atouts de l'aviculture artisanale était la vente directe de la production au consommateur. Or il vous sera plus facile de vendre des oeufs à un con­sommateur qui n'en a pas immédiatement be­soin que du poulet.

Puisque vous vendrez de l'oeuf très frais, vous pourrez toujours prétendre valablement que ces oeufs peuvent attendre encore cinq ou six jours en conservant leur état de fraî­cheur, ce que vous ne pourrez affirmer pour le poulet.

Cette parenthèse fermée, sur laquelle il vous faudra réfléchir, revenons‑en au loge­ment.

Si donc vous vous décidez pour l'oeuf seu­lement, et pour un seul troupeau, nous avons besoin d'une poussinière et d'un poulailler.

 

LA POUSSINIERE

 

La poussinière peut fort bien être une an­cienne étable ou remise désaffectée, voire un bon grenier, que l'on devra aménager.

La première chose à voir, c'est la superficie. Il faut absolument éviter le surpeuplement, qui est à l'origine des mauvaises litières, d'une croissance irrégulière et surtout de problèmes sanitaires permanents.

Il vous faudra donc compter, comme dimen­sions de la poussinière, 1 mètre carré pour 10 poussins, soit 50 mètres carrés pour 500 poussins.

Si vous voulez élever à la fois 500 poussins (ce qui n'est pas considérable et représente, tout allant bien, environ 225 poulettes), il vous faut 50 mètres carrés de poussinière. Mais si vous ne disposez point de " pièces " de cette surface, mais que vous ayez deux anciens bâ­timents plus ou moins contigus, vous pouvez les organiser en poussinières. L'inconvénient est qu'il vous faudra deux éleveuses (mais de compacité moindre) où une seule aurait suffi.

La poussinière est une pièce dont le sol peut être en bois ou en ciment, puisque, de toute façon, il doit comporter une litière épaisse.

 Si vous ne disposez pas de bâtiments pou­vant être utilisés rationnellement avec quel­ques modifications, la question sera plus sim­ple en faisant du neuf, en achetant une pous­sinière. Mais votre équipement sera plus oné­reux. Essayons de faire du neuf avec du vieux.

Voici un bâtiment qui paraît convenir à une poussinière. Les dimensions sont correctes. Le sol  sera recouvert d'une litière de 20 cm, composée de copeaux, paille ha­chée, tourbe, rafles de maïs, litière qui sera retournée chaque semaine et rechargée de li­tière fraîche jusqu'à ce qu'elle atteigne à la longue, 40 cm d'épaisseur.

L'orientation est très importante. Il faut évi­ter absolument les façades au nord. Suivant la température moyenne de la région et le ré­gime des vents dominants et de la pluie, on préférera une façade face à l'est, au sud‑est, au midi, au sud‑ouest, en fonction des vents dominants. Il est bon que le soleil puisse s'installer longuement dans la poussi­nière, à travers les fenêtres, et que vent et pluie ne puissent y pénétrer.

En principe, les ouvertures vitrées et les baies grillagées doivent avoir, au total, une surface au moins égale à 10 % de la surface du sol. Il sera bon que les ouvertures ne s'ou­vrent pas jusqu'au sol, car s'il faut aux pous­sins beaucoup d'air pur, le courant d'air leur est fatal. Voyez donc de près votre aération pos­sible pour assurer le maximum d'air sans cou­rants d'air.

L'éclairage est inutile si l'on n'élève qu'un seul lot au printemps.

Puisqu'il faut un minimum de dix heures de lumière par jour aux poussins, le soleil les leur fournit largement de fin mars à fin septembre. Mais si vous voulez opérer avec un deuxième lot de pondeuses chargé d'être en pleine ponte lorsque le premier lot est à la baisse, donc, avec un lot de poussins nés en septem­bre, vous aurez à installer la lumière dans vo­tre poussinière pour que les lampes électri­ques se substituent au soleil pendant les jours courts et de préférence le matin. Il est préférable que l’éclairage artificiel soit assuré par plusieurs lampes faibles plutôt qu’une seule très forte, parce qu'un éclairage brutal et constant déclenche souvent un nervosisme excessif des poussins qui les pousse au picage voire au cannibalisme.

   Et, maintenant, voyons le matériel de l'éle­veur. C'est, avant tout, l'éleveuse. Vous pou­vez choisir entre plusieurs types. Voici, en résumé, leurs avantages et incon­vénients :

L'éleveuse électrique est facile à régler, à manier. Mais son chauffage revient plus cher. Il est bon qu'il y ait un chauffage de secours en cas de panne d'électricité. Néanmoins, une éleveuse électrique bien conçue peut tenir les poussins au chaud pendant plusieurs heures si la panne sur­vient la nuit, par exemple.

L'éleveuse à rayons infrarouges fonctionnant à l'électricité a des partisans : son prix d'achat est peu onéreux, son emploi extrêmement fa­cile, mais, en cas de coupure de courant, les poussins sont immédiatement saisis par le froid s'il n'y a pas de chauffage de secours prêt à intervenir. Cet inconvénient n'existe pas avec les émetteurs infra‑rouges à gaz qui con­naissent un succès certain.

Vous avez donc du choix. Mais n'achetez pas votre éleveuse, sous prétexte de bon mar­ché, à un petit bricoleur, mais chez un cons­tructeur connu qui a une réputation à soutenir. On en a toujours pour son argent , dit‑on.

Restent les mangeoires et les abreuvoirs. Leur importance est plus grande qu'on ne croit.

Il faut qu'il y ait assez de mangeoires et d'abreuvoirs pour que tous les pousins, et non les plus forts seulement, puissent avoir assez de place pour manger et boire tous en même temps. Sinon on voit vite un lot de poussins, qui était bien homogène à l'arrivée, présenter des sujets de toutes tailles et de toutes vi­gueurs.

Il faut donc, pour 500 poussins de 1 à 3 semaines : 10 mètres de mangeoires à deux côtés petit modèle (premier âge), et 1 m 50 de place aux abreuvoirs ; ‑ de 3 à 10, semaines : 15 mètres de mangeoires à deux côtés mo­dèle moyen (deuxième âge), et 2 m 50 de place aux abreuvoirs.

On évite le gaspillage en ne remplissant les mangeoires qu'à moitié et plus souvent. Il existe aussi des mangeoires à trémie ainsi que des abreuvoirs automatiques qui facilitent grandement la tâche de l’éleveur.

Tout le matériel doit être bien nettoyé et désinfecté.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VIGNOBOUL aNDRe 13/03/2010 11:48


Veuillez envoyer documentation illustrée et tarif se rapportant à l'envoi d'un lot de 3 canards (un male et 2 femelles)
Adresse : 15 av de la gare Tessonnières 81600 GAILLAC
Vifs remerciements


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories