Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 16:55

Photo : Les Oiseaux du Faucigny

GENERALITES SUR LES FAISANS D’ORNEMENT

 

 Les nombreuses races de faisans, aux ri­ches couleurs, occupent de plus en plus les volières et les parcs des amateurs d'oi­seaux.

Cet enthousiasme est compréhensible vu la diversité des formes, des plumages, et des moeurs de ces gallinacés. De plus, leur élevage est grandement facilité depuis que nous trouvons dans le commerce des aliments excellents pour les faisandeaux.

Dès la fin de l'hiver et même avant, la pa­rade que déploient les mâles à l'intention de leurs femelles, est déjà un spectacle ex­traordinaire, danse à l'occasion de laquelle ils utilisent tous les artifices pour séduire en mettant en valeur les belles couleurs de leur plumage. Ces danses sont très diffé­rentes suivant les races ; certaines sont particulièrement attractives.

Il est possible de maintenir en semi‑liber­té dans un parc délimité par une clôture de deux mètres de hauteur, quelques spéci­mens qui s'habitueront à cette serni‑captivi­té, en prenant soin pour la première année de couper les grandes rémiges d'une aile. Le spectacle qu'offrent ces oiseaux dans un tel parc est charmant. Cependant il faudra veiller à ne pas mettre ensemble plusieurs couples de familles rapprochées, ce qui engendrerait des batailles entre mâles pour la possession des femelles. Ou bien ne lâcher que des mâles en surveillant les pre­miers jours, en retirant si besoin est, les mâles dominateurs et querelleurs.

Pour obtenir la reproduction des faisans, il est nécessaire d'isoler chaque race et chaque couple (ou trio suivant les races) dans une volière particulière, pour éviter les batailles entre mâles, parfois mortelles.

Il est bon dans le cas de volières dispo­sées en série, de ne pas faire voisiner directement les couples de familles trop rap­prochées. On installera par exemple un couple de Doré, un de Hoki, un de Chin­quis, un de Swinhoes, un de Lady, un de Lophophore, etc... Sans cette précaution les mâles se querellent à travers le grillage, et délaisseraient leurs femelles ce qui aurait pour première conséquence des oeufs clairs. On peut conseiller de séparer les volières par des plaques d'éverite plate par exemple sur une hauteur de 0,80 m pour obvier cet inconvénient, mais il est évident que l'esthétique s'en trouve trop compro­mise surtout lorsque l'on veut profiter au maximum de ses oiseaux.

Tous les faisans ne sont pas susceptibles de passer l'hiver en volières extérieures. Les Chinquis, Napoléons, Argus Géant par exemple sont sensibles au froid qui gèle leurs orteils, les rendent ainsi inaptes à la reproduction et même infirmes. En général les exotiques supportent assez bien le froid : ils souffrent par contre, l'hiver, des nuits trop longues. Il faut donc leur assurer un éclairage d'appoint, leur permettant de se restaurer tard le soir ou très tôt le matin, ceci est valable pour tous les exotiques sur­tout les petits oiseaux exotiques qui meu­rent souvent, non pas de froid comme on le croit, mais d'inanition à cause des nuits trop longues de nos hivers.

Certaines races au contraire, comme les Tragopans, supportent bien les grands froids, et ne tolèrent pas la grande chaleur. Il sera bon de leur réserver des volières largement plantées d'arbustes et compor­tant un abri exposé au Nord l'été et au sud l'hiver.

Quant aux races les plus courantes et les plus rustiques, qui comprennent aussi les plus jolies avec le Lady Amherstet et le Doré pour ne citer que ces deux, il n'y a pas de problème (ou presque) couchant plus souvent à l'extérieur des abris et même à terre hiver comme été, ce qui à l'occa­sion, ne les rendra pas insensibles à un bon coryza.

D'autres races de faisans, pour ne pas dire toutes et par extension presque tous les oiseaux (hormis les palmipèdes adul­tes), craignent particulièrement le froid humide, et une forte humidité facilite la propa­gation des maladies. Les plus sensibles des faisans sont les Hokis et les Lophopho­res. Il serait préférable de maintenir ces oi­seaux pendant la saison pluvieuse en abri couvert avec sol de grave où ils pourront piocher, sans danger de contracter une ma­ladie, en retournant le sol avec leur bec.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Marc 27/03/2009 05:56

les daisans; des oiseaux majestueux et des races innombrables; bonne journée.

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories