Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 17:54



 CONSEILS CUNICOLES III

  
   Beaucoup de calme pour vos lapines gestantes !

Les lapines en gestation ne demandent pas de soin particulier dans la mesure où elles vivent au calme dans la cage à laquelle elles sont habituées.

Quelques jours avant la mise-bas, il est souhaitable de mettre à leur disposition une boîte à nids, garnie de paille. Cette précaution devient une obligation lorsque les lapines sont élevées sur grillage. Parmi les nombreux types de boîtes à nids, les plus pratiques sont ceux qui permettent une visite du nid sans ouverture de la cage.

Pendant la première moitié de la gestation, les besoins alimentaires des lapines gestantes se limitent à l'entretien et il est recommandé de les rationner en leur donnant 120 à 150 g de granulés par jour. Par contre, au cours de la deuxième moitié de la gestation, la ration doit être augmentée de 30% et dès la mise bas la production laitière accroît considérablement les besoins, de telle sorte que l'aliment ainsi que l'eau doit être distribué à volonté.

Après la mise-bas, il est nécessaire de contrôler périodiquement les nids, d'éliminer éventuellement les cadavres et, si possible, de peser, sexer et identifier les lapereaux.

 

Contre le coryza

Même si l'éternuement paraît constituer un élément normal du comportement des lapins, lorsqu'il devient anormalement fréquent et intéresse de nombreux animaux, il devient inquiétant. Souvent il s'accompagne d'écoulement nasal séreux quelquefois purulent, qui souille la face interne des membres antérieurs, car le lapin se mouche dans ses pattes. Ces symptômes peuvent se compliquer de lésions pulmonaires et provoquer un essoufflement et même la mort.

Ce coryza est contagieux, mais la sensibilité de l'organisme est prépondérante car elle est sous la dépendance du surmenage physiologique.

Il n'existe pas de médicaments indiscutablement actif curativement contre le coryza. Certains antibiotiques font disparaître temporairement les manifestations cliniques. Le plus sage reste d'agit sur l'état  parasitaire, l'hygiène de l'habitat, les défenses de l'organisme (apports de vitamines et autres compléments susceptibles d’améliorer la résistance des animaux), et l'élimination des sujets les plus atteints. A ce sujet, rappelons que les reproductrices peuvent contaminer les jeunes. C'est pourquoi une surveillance accrue est indispensable.

 

Quand le lapin perd de l'appétit

Des baisses brutales de consommation s'observent parfois sur les lapins d'un troupeau  alors que le régime n'a subi aucune modification apparente.

Il peut s'agir d'un manque d'eau ou, ce qui revient au même, d’un défaut de la distribution d’eau. Les abreuvoirs doivent être vérifiés périodiquement.

Il peut également s'agir de mauvais goût dû à la pollution par des moisissures ou à la fermentation des aliments. Par exemple, l'aflatoxine apportée notamment par certains tourteaux d'arachide, peut faire diminuer considérablement la consommation. Ce ne sont que des industriels, équipés de laboratoires qui peuvent, soulignons-le, diagnostiquer les matières premières de mauvaise qualité. Combien d'éleveurs, sous prétexte d'économiser, prétendent systématiquement s'affranchir de l'aliment composé, sans pour autant réaliser effectivement les économies qu'ils escomptaient !

 

   L'infécondité chez la lapine

Elle est assez fréquente en automne et à cette époque de l’année, elle est presque physiologique. Les lapines acceptent ou non le mâle mais les saillies ne sont pas toujours fécondantes et souvent, en décembre, le cycle normal de la reproduction réapparaît si l'éleveur a pris la précaution d'éviter en automne un engraissement excessif de ses lapines.

L'utilisation des vitamines et de sels minéraux ou l'utilisation d'un aliment riche en protéines sont de nature à atténuer les effets de cette infécondité saisonnière. Mais tout différent est le problème du mâle qui refuse une jeune lapine vierge, pubère. Si plusieurs tentatives d'accouplement sont infructueuses, il est préférable de réformer la lapine après s'être assuré qu'il n'y a pas eu d'erreur d'appréciation sur l'âge de la puberté qui peut varier de 4,5 mois à 5,5 mois.

 

Quand faut-il saillir les lapines ?

Les avis sont assez partagés sur cette question. Faut-il attendre quelques jours après la mise-bas ou, au contraire, présenter la lapine au mâle immédiatement après ?

Certains spécialistes conseillent de se baser sur le nombre de jeunes produits.

Si la portée est inférieure à 6 lapereaux, la remise au mâle peut se faire le jour même, 6 heures après la mise-bas ou dans les cinq jours qui suivent.

Si vous avez obtenu 6 à 10 lapereaux, vous pouvez attendre 6 à 10 jours après la mise-bas.

Si la portée a été fort nombreuse (supérieure à 10 sujets), il semble que vous ayez avantage à attendre 11 à 15 jours après la mise-bas.

En résumé, plus vous avez obtenu de lapereaux, plus vous devez retarder la présentation au mâle après la mise-bas.

 

Pensez à introduire un nouveau mâle

dans vos clapiers

La prolificité des lapines fait du mâle un remarquable facteur d'amélioration de votre élevage : il sera éventuellement le père de 250 à 300 lapereaux par an, c'est-à-dire d'un millier de lapereaux en trois ou quatre ans.

Il est bon d'introduire de temps à autre un nouveau mâle dans vos clapiers, ne serait-ce que pour éviter une trop grande consanguinité ; cette acquisition est par ailleurs un moyen simple d'apporter à votre élevage de nouvelles qualités. Vous ne lésinerez donc pas sur le prix d'un bon reproducteur ; mais, vous choisirez pour l'acheter le moment le plus opportun : les mois de juillet et d'août sont à cet égard les mieux indiqués car les sujets nés au printemps sont généralement "mieux venus" et abondants en été.

Quels que soient la compétence et le sérieux de votre vendeur, n'introduisez pas chez vous le nouvel animal sans précautioon ; au contraire, faites-lui passer l'épreuve de la quarantaine : tenez isolé quatre semaines tout nouveau venu. S'il tombe malade au cours de cette période, ayez à coeur d'identifier sa maladie. Faites-le examiner et, éventuellement, autopsier.

Par contre, ne soyez pas trop inquiet si ce nouvel arrivant vous paraît manquer de vigueur ou s'il semble mal se nourrir. Le lapin s'ennuie facilement et toute modification de son environnement lui est toujours pénible au début.


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Jean Marc 03/05/2009 08:44

bon dimanche

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories