Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 17:26



                                   LE SEXAGE DES PIGEONS ADULTES

Un éternel problème

 

 L'oeil exercé du vieil amateur colombophile se trompe rarement dans la dési­gnation du sexe des pigeons d’après leur seule apparence. Dans une même variété de pi­geons, le mâle adulte se différencie assez nettement de la femelle par une tête plus grande, un bec plus fort, un corps généralement plus  développé, et il ne possède pas cet aspect de féminité assez caractéristique des pigeonnes. Une femelle a toujours les formes plus gracieuses, plus déliées, plus fines que celles du mâle. Par contre, les re­flets de plumage du mâle sont ceux du plu­mage de la femelle. Suivant la race, et sui­vant la nature de l'alimentation, parfois aussi suivant l'individualité, l'époque à laquelle le sexe se manifeste visiblement dans les allu­res des pigeons varie assez notablement.

Chez les pigeons nourris d'une manière abon­dante, variée et stimulante, il n'est pas extra­ordinaire du tout de voir des jeunes manifes­ter des besoins génésiques dès l'âge de trois mois. Mais plus généralement, ces manifes­tations ne se produisent que vers l'âge de cinq à six mois. Alors le mâle tourne autour de la femelle en faisant courbettes sur cour­bettes, en tournant, en trépignant, en un mot, faisant le beau.


Il faut bien se garder de faire reproduire les pigeons trop tôt. Mais il y a un gros in­convénient qui se présente quand on a obte­nu des jeunes au printemps dernier. Ces pi­geons sont trop jeunes pour que l'on puisse les faire reproduire avec les meilleures chan­ces de donner de beaux et bons jeunes dans l'année même de leur naissance. Il vaut donc mieux les empêcher d'élever. Mais, cepen­dant, s'ils ont atteint l'âge de puberté, le be­soin de la reproductoin est tel, que les pi­geons ayant liberté de voler au dehors, on risque de voir les jeunes femelles quitter le colombier pour suivre un compagnon dans un colombier voisin.

Un élevage prématuré pouvant empêcher, ou tout au moins trou­bler la fin de la croissance, si l’on ne veut pas faire reproduire ces jeunes femelles et éviter de courir les risques de les voir s'envoler vers d'autres toits, il ne reste à l'amateur colombophile qu'à tenir ses sujets de l'année dans des pigeonniers fermés, sexes séparés. Ainsi mis à l’écart des  pi­geons  plus âgés, ils seront dans l’impossibilité de se reproduire.  La croissance de ces pigeons n’en sera que facilitée,
et on les trouvera au dé­but de la saison suivante dans les meilleures conditions pour former des couples de bons reproducteurs.


Avant que l'ardeur des sexes ait pu se manifester chez les jeunes sujets, il convient d'observer les signes extérieurs de distinc­tion quand il est possible d'en trouver. Cer­taines races n'en offrent guère (capucins, tambours, frisés), alors que d'au­tres en présentent davantage (le mâle huppé de Souftz gonfle sa gorge comme le boulant, la femelle n'ayant pas cette particularité).


Chez les boulants, le mâle a la boule plus ronde et plus haute, la femelle plus ovalisée, plus basse et moins volumineuse ; parmi les pigeons qui portent des plumes aux pattes, on distingue souvent une plus grande abon­dance de plumes chez le mâle, alors que la femelle est moins fournie et que ces plumes sont plus courtes.


On pourrait faire des remarques parti­culières pour chaque race en vue dé­terminer les sexes, ce qui nous conduirait à une trop longue étude. Les amateurs se limi­tent souvent à l'élevage de quelques races voisines, ce qui leur permet de discerner ces particularités.


Chez les pigeons de couleur rouge domi­nant (meunier), on aperçoit des stries noires
aux plumes des ailes et de la queue qui dis­tinguent incontestablement le mâle, même lorsque ces taches sont marquées sur les sujets d'un mois. On trouve plus souvent ces couleurs chez les voyageurs, bisets, queues de paon, dragons, bagadais et mondains.


 Quand un pigeon demeure trop longtemps à dévoiler son sexe, on peut essayer de le mettre dans une volière, soit avec une ou plusieurs femelles très ardentes. Sans résul­tat, on fera la même tentative avec des mâ­les en pleine forme ; ses instincts seront ain­si éveillés et apporteront peut-être la réponse attendue.
  Il existe d'autres façons de discerner les sexes plus ou moins efficaces * ; chacun a sa petite manière personnelle de reconnaître ses pigeons, mais il est bien difficile de codifier plusieurs moyens permettant à un colombi­culteur peu averti de se prononcer sur la généralité des jeunes sujets dans la multi­tude des races.  Certains éleveurs ont conservé des pigeons plusieurs années sans réussir à les accou­pler, même des sujets en bonne santé ; s'agissait‑il d'hermaphrodites ? Toujours est-­il que toutes leurs tentatives sont restées vai­nes et que les moyens les plus connus ne leur ont pas permis de se prononcer.


 Il arrive également qu'une femelle accou­plée ne ponde jamais et que d'autres, dans la même situation, pondent des oeufs qui n'éclosent pas. Ce sont des cas assez rares, d'ailleurs provoqués par des sujets anormaux qu'il convient de supprimer.

* Il en sera question prochainement, ici-même.





 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

genevieve 24/01/2017 16:31

Le mâle chez les pigeons est , effectivement , celui qui roucoule et fait des avances à la femelle. Cette dernière une fois consentante, place son bec dans celui du mâle et , avec un mouvement de bas vers le haut , ils semblent éprouver un certain plaisir. Puis, la femelle s'accroupit pour inviter le mâle à monter sur elle.
La question que je me pose : A quel moment s'effectue la pénétration ( si pénétration y a !!!) .
J'ai beau suivre le mouvement , je n'arrive pas.
Qui pourrait m'éclairer ?
Merci

harouna 17/01/2016 23:25

j aime bien la page je vis en Afrique précisément au Sénégal je suis un fans des pigeons

sahraoui 04/06/2009 23:16

c est un speculeum nasal de Hartman seumen j ai des doutes que les sexe du pigeon n apparait que le première fois.....

Hugues 05/06/2009 16:58


C'est en effet un speculum de Hartman que l'on peut utiliser pour le sexage des pigeons adultes. Il existe aussi des pinces à sexer qui sont en fait des écarteurs, mais dans tous les cas,
l'opération est délicate et demande un certain doigté. La meilleure solution est de trouver quelqu'un capable de vous faire une démonstration.


sahraoui 04/06/2009 18:49

bonjour..
la mèthode de sexage par le cloaque est fiable mais j arrive pas à la métriser

Hugues 04/06/2009 22:12


Bonsoir Sahraoui. Le sexage par le cloaque nécessite l'utilisation d'un ustensile approprié, et aussi d'un minimum d'expérience. Avec un peu d'habitude, il est en effet fiable. Ce sujet sera traité
prochainement dans nos pages.


Jean Marc 23/05/2009 14:21

mes capucins, os pelvien très différent chez chacun des indivdus, cour assidue, achat en concours, l'un présenté mâle l'autre femelle et ponte régulière de minimum 3 oeufs, une fois 4; conclusion, deux femelles , jamais d'oeuf fécondés, je pense devoir acheter un troisiuème sujet mâle et le rajouter au soi disant couple; ais-je raison ?

Hugues 23/05/2009 21:27


L'arrivée d'un mâle serait évidemment souhaitable pour obtenir des jeunes, ce qui n'est déjà pas facile chez le Capucin. Le pigeon étant en principe monogame, il ne faut guère espérer que le mâle
en question s'occupe des deux femelles, même s'il arrive parfois que le couple donne un coup de canif au contrat. 


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories