Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 16:27

 



PRINCIPALES MESURES A RESPECTER

POUR L’ELEVAGE DES POUSSINS

 
Les normes d'élevage sont les recom­mandations concernant les conditions d'am­biance qu'il faut procurer aux animaux pour leur permettre d'extérioriser leur potentiel génétique et d'optimiser leur production. Elles peuvent se regrouper en cinq points principaux :

‑ la température,

‑ la densité,

‑ le nombre de mangeoires et d'abreu­voirs,

‑ l'aération et l'humidité,

‑ l'éclairement.

Ces normes doivent être interprétées comme des indications, des " garde‑fous ", et adaptées à chaque cas particulier. C'est là qu'interviennent le bon sens et la compé­tence de l'éleveur.

 

LA TEMPERATURE

Pour éviter les courants d'air et retenir les poussins près de la source de chaleur, on dispose une garde circulaire (carton ou iso­rel) autour de l'éleveuse.

La température doit être modulée en fonction du comportement des animaux, et en particulier de la répartition des poussins sous la source de chaleur. S'ils sont répar­tis régulièrement autour de celle dernière, c'est qu'ils sont à l'aise ; s'ils s'en écartent exagérément, c'est qu'ils ont trop chaud ; s'ils cherchent à s'agglomérer près de la source de chaleur, c'est qu'ils ont froid ; s'ils se regroupent tous au même endroit, c'est qu'ils craignent un courant d'air.

Conséquences d'un excès de chaleur : consommation d'eau exagérée ; fientes humides ; troubles rénaux ; congestion ; animaux somnolents ; consommation alimentaire diminuée ; emplumement retardé risques de picage accrus ; mortalité.

Conséquences d'un manque de chaleur étouffements : augmentation de la consom­mation de nourriture ; ralentissement de la croissance; animaux affaiblis.

 

 Gif réalisé par Cerisette et repris avec son aimable autorisation

LA DENSITE

Non seulement elle a une influence consi­dérable sur la qualité des sujets, mais en­core elle conditionne directement l'état sa­nitaire du cheptel.

Conséquences du surpeuplement : crois­sance irrégulière; maladies parasitaires et microbiennes difficiles à éliminer; poussins piqués et griffés ; litière humide et croû­teuse; mauvaise qualité des sujets.

 

LES MANGEOIRES ET LES ABREUVOIRS

Leur hauteur doit être soigneusement ré­glée au niveau du dos des animaux. On doit éviter de les remplir à plus des deux tiers de la hauteur, pour éviter le gaspillage.

Ce petit matériel doit être disposé de fa­çon logique autour de l'éleveuse, en alter­nant mangeoires et abreuvoirs. En prin­cipe, un poussin de taille normale ne doit pas avoir plus de 3 mètres à parcourir pour gagner un point d'eau ; pour les poussins nains, il convient de réduire cette distance d'un bon tiers.

 

LES CONDITIONS D'AMBIANCE

Une hygrométrie suffisante (supérieure à 40 %) diminue le risque des déshydratation des poussins .



La litière doit être neuve, rechargée en cas d'humidité, assez épaisse pour former un bon matelas isolant. Les copeaux, à condition qu'ils proviennent de bois non trai­tés, sont préférables à la paille. Leur pou­voir absorbant est supérieur, et les risques d'infestations mycologiques moindres.

Une litière qui " croûte » est souvent l'in­dice d'une faute d'élevage (densité trop éle­vée, abreuvoirs mal réglés ou qui fuient, ventilation insuffisante ... ). Pour entretenir la litière, on peut répandre une fois par se­maine, 100 à 200 g. de superphosphate en poudre par mètre carré, et éventuellement pulvériser un désinfectant.

 

L'ECLAIREMENT

La durée souhaitable est de 16 heures par jour ; au‑delà de 20 heures, les risques de picage sont accrus. L'utilisation de la lumière rouge (ampoules et fenêtres tein­tées) permet souvent de limiter ce risque.

 

LE PICAGE

Le picage constitue un fléau d'autant plus grave que ses causes sont multiples et diffi­cilement contrôlables. De plus, il n'existe pas de remède miracle, mais seulement un certain nombre de précautions et d'astuces qui " marchent " plus ou moins bien selon le cas.

Quelques causes de picage : surpeuple­ment ; mauvaises conditions d'ambiance ; changement de temps ; lumière trop intense ou mal répartie ; erreur alimentaire ; abreu­voirs et mangeoires en nombre insuffisant, ou mal réglés ; changement brutal d'alimen­tation ; parasitisme ; intoxication emploi in­correct de certaines substances médica­menteuses.

Quelques remèdes au picage : s'assurer que tous les oiseaux disposent d'aliment et d'eau propre à volonté ; vérifier que les con­ditions d'ambiance sont bonnes (tempéra­ture, ventilation) ; diminuer l'intensité lumi­neuse ; utiliser au besoin la lumière rouge ; isoler les sujets les plus agressifs, et ceux qui sont les plus atteints ; pulvériser sur les animaux, une solution répulsive ; adminis­trer des vitamines dans l'eau de boisson ;  distribuer de la verdure, du grit ou du grain pour occuper les animaux ; se préoccuper,de l'état sanitaire (éviter notamment le pa­rasitisme).

 


 

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roxanne 17/05/2017 01:30

Merci pour les informations!

alain 15/04/2015 18:00

merci pour le recyclage surtout quand c'est aussi vrais et bons

cerise-deco 29/02/2012 16:12

je te souhaite une bonne fin de journée
bisous

cerise-deco 12/02/2012 11:06

bon dimanche toujours aussi froid ,

mais bon ! c'est toujours mieux que la neige

bisous++

cerise-deco 03/11/2011 10:55


bonne journée
bisous++


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories