Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 16:58



DES PRECISIONS UTILES SUR L’ALIMENTATION DU LAPIN

 

INGESTION SPONTANÉE  DES ALIMENTS

Les recherches menées au laboratoire de physiologie animale de l'INRA situé à Mont­pellier, ont permis de mieux connaître le com­portement alimentaire du lapin, alimenté à vo­lonté. Ainsi un lapin adulte consomme sa ra­tion de granulé journalière en une trentaine de repas d'importance à peu près comparable. Par contre, ces repas sont plus fréquents la nuit que le jour, ce qui , entraîne une consom­mation moyenne horaire de 3 à 4 g/h dans le milieu de la journée et de 8 à 10 g/h en milieu de la période nocturne. Le même lapin effec­tue également de 25 à 30 prises de boisson sans qu'on ait pu constater de relation chrono­logique entre les prises d'aliments et les pri­ses de boisson. Simplement le lapin boit un volume d'eau équivalent à 2 fois le poids de l'aliment consommé dans le même temps.

Chez le lapin au sevrage, le nombre de re­pas est sensiblement plus élevé : 50, voire 60 repas par 24 heures. Ce nombre de repas diminue ensuite lentement et atteint vers 3‑4 mois les valeurs observées pour l'adulte. Par contre, les prises de boisson également plus fréquentes chez le lapereau atteignent plus rapidement la "valeur adulte". Si l'on regarde de près la courbe de consommation des ali­ments sur 24 heures, on observe en général un repos alimentaire en fin de matinée, mais àun moment qui peut varier d'un sujet à l'autre. Chez les lapereaux de moins de 8 semaines, on observe également un repos alimentaire aux environs de 2 heures du matin.

Sur le plan pratique, ces considérations nous amènent à conseiller de réaliser les con­trôles alimentaires périodiques, dans le cou­rant de la matinée, de préférence à l'après-­midi. En effet, une variation d'horaire d'un jour à l'autre n'a aucune conséquence dans ces conditions.

Parallèlement, il est inopérant de vouloir ef­fectuer une mesure comparative de consom­mation d'aliment entre le matin 7 h. et le soir 7 h. par exemple, parce qu'ainsi on encadre presque parfaitement la période de faible con­sommation et les valeurs obtenues sont à peu près dénuées de sens pour le praticien.

 

DIGESTION ET TRANSIT DIGESTIF

Contrairement à ce que l'on a pu croire longtemps, le transit des aliments dans le tube digestif du lapin est relativement bref, malgré les 5 mètres que doivent parcourir les " digesta ". En effet, les premières particules non digérées peuvent être éliminées dans les crottes dures 3 à 4 heures seulement après leur ingestion. Le temps de séjour moyen dans le tube digestif est de 17 heures environ, mais un repas ingéré en fin d'après‑midi reste environ 3 heures de moins dans l'animal que celui consommé en début de matinée. De même, les aliments grossiers sont éliminés plus rapidement que ceux constitués de parti­cules plus fines. Ainsi, il semble que les fines particules soient plus facilement recyclées par le biais de la caecotrophie que celles qui sont plus grosses (plus de 0,3 mm). Pour l'ensem­ble de l'aliment, de 75 à 80 % des particules non digérées sont éliminées en 24 heures ; pour les grosses particules la proportion at­teint 95‑98 %.

L'excrétion fécale suit un rythme compara­ble à celui de l'ingestion des aliments avec en général une abscence totale d'émission de crottes dures dans le milieu de la journée. C'est en effet le moment pendant lequel le lapin pratique la caecotrophie ; il émet, à cette période, des crottes molles destinées à être réingérées.

Sur le plan de la santé des lapins, il est donc indispensable de ne pas les troubler vers le milieu de la journée pour qu'ils puissent prati­quer la caecotrophie normalement. Dans le  cas contraire, on assiste à un arrêt de ce phé­nomène naturel et un certain nombre de trou­bles digestifs peuvent en découler. Pratique­ment "ne pas troubler" les lapins signifie nul­lement qu'il faut obligatoirement s'éloigner de l'élevage. Ce qu'il faut surtout, c'est éviter de surprendre les lapins par un bruit, un mouve­ment, une présence auxquels ils ne sont pas habitués.

Les travaux menés à l'INRA ont, par ailleurs, prouvé que le rythme d'excrétion fé­cale, donc celui de la caecotrophie est étroite­ment dépendant du rythme alimentaire : ainsi, des lapins alimentés selon la méthode tradi­tionnelle, avec 2 ou 3 repas par jour, consom­ment leurs aliments le jour et non la nuit ; ils émettent donc les crottes dures le jour et de ce fait pratiquent la caecotrophie de nuit, àune période qui est toujours plus calme que le milieu de journée. Il n'est pas impossible que ce type de différence comportementale soit à l'origine de troubles digestifs plus nombreux dans les élevages rationnels où les lapins re­trouvent leurs rythmes de consommation et d'excrétion naturels (ceux du garenne), mais pas le calme qui devrait présider à la pratique de la caecotrophie (lapin de garenne dans son terrier).

 

PRÉSENTATION ET DISTRIBUTION DES ALIMENTS

Pour qu'un aliment granulé soit satisfaisant, il ne suffit pas que sa tenue à l'écrasement soit correcte (pas de poussière) et que la com­position chimique réponde aux normes. Il faut en plus que les matières premières de bonne qualité technologique n'aient pas été finement broyées avant la granulation. En effet, si l'on veut éviter un certain nombre d'accidents di­gestifs, il faut que le broyage avant granula­tion soit aussi grossier que possible, même si un granulé ne doit pas être parfaitement re­présentatif de la composition de l'aliment.

Sur un tout autre plan, nous avons montré que lors du passage d'une alimentation à vo­lonté à une alimentation restreinte, la distribution d'une certaine quantité de granulés en fin d'après‑midi entraîne un choc beaucoup moins important que la distribution de la même quantité en début de matinée. En effet, un aliment distribué en fin d'après‑midi n'en­traîne pas d'altération sensible du transit di­gestif ni de la caecotrophie car il est consom­mé aux mêmes heures que si le sujet était alimenté à volonté. Par contre, si la quantité limitée est distribuée le matin, l'animal qui a faim la consomme durant la journée ; il doit de ce fait modifier son transit digestif et l'heure de la pratique de la caecotrophie. Chez un lapin cela se traduit par un arrêt de croissance de 4 à 5 jours, tandis que si la ration quoti­dienne est distribuée en fin d'après‑midi, les lapins continuent à croître en fonction de la quantité distribuée. Après une semaine envi­ron, les animaux sont tous adaptés mais ceux alimentés le matin accusent un retard sensible par rapport à ceux alimentés l'après‑midi. Une limitation plus physiologique pourrait être ob­tenue par limitation du temps d'accès à la boisson, mais toutes les conditions d'emploi d'une telle méthode ne sont pas encore défi­nies.

Une restriction alimentaire peut être très uti­lement pratiquée sur les lapereaux, pendant la semaine qui suit le sevrage. En effet, par suite du choc au sevrage et pendant les 2 ou 3 jours qui suivent celui‑ci, les lapereaux ont tendance à sous‑consommer leur aliment. Par contre, dans les jours qui suivent, ils ont sou­vent tendance à surconsommer, à s'encom­brer anormalement le tube digestif, ce qui ac­croît très fortement le risque de trouble diges­tif en général, de diarrhée en particulier. En limitant la quantité d'aliment distribuée chaque jour on peut atténuer sensiblement la surcon­sommation et donc le risque d'accident diges­tif. Pour des lapins sevrés à 28‑30 jours, on peut prendre comme base de référence envi­ron 50 g de granulé par animal et par jour. Il est évident que cette quantité doit être ajustée en fonction du type d'aliment. Le principe est que du 3ème ou 4ème jour jusqu'au 7ème, les lapereaux terminent chaque jour ce qui leur a été distribué la veille.




Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Jean+Marc 13/06/2009 22:10

bon dimanche

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories