Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 17:15


Femelle lipomosaïque jaune.
Photo Martine Van Poucke (canaris couleur et posture)


LES BONNES PRECAUTIONS DU MOMENT

 -    Au début du mois de Juillet, la période de couvaison doit être terminée. Dans tous les élevages, les reproducteurs ayant encore des petits ne doivent plus s’occuper que de la phase de nourrissage, de façon à terminer le sevrage dans le mois ou aux premiers jours d’août.

Les motifs qui imposent la fin de cycle de reproduction sont non seulement l’opportunité de ne pas trop fatiguer les oiseaux, mais surtout la nécessité d’éviter le risque que la mue ne commence pendant qu’ils sont encore occupés à  reproduire.

-    La mue est une période critique dans la vie des oiseaux, et autrefois on la considérait comme une vraie maladie ; en réalité, il s’agit d’un processus tout à fait naturel qui n’a rien de patholo­gique et dont on ne doit pas exagérer les dangers, pourvu que l’on suive avec attention quel­ques règles de prudence. Les oiseaux en mue doivent être gardés loin des courants d’air, être logés dans des locaux convenables, et être nourris de façon naturelle. Et surtout, on l’a dit, ils ne doivent plus être engagés dans le cycle de reproduction.

-    La durée de la mue change selon l’espèce, la race et aussi d’un sujet à l’autre. D’ordinaire, elle dure entre un et deux mois. Pendant cette période, les oiseaux sont paresseux et souvent somnolents, particulièrement au cours des heures chaudes de la journée. Les mâles ne chantent plus.

Les oiseaux n’entrent pas tous en mue en même temps ; généralement, les adultes commencent à renouveler leur plumage après les jeunes et, parmi ceux-ci, les premiers nés sont en avance sur ceux des  dernières couvées.

-    En ce qui concerne l’alimentation, il faut très régulièrement ajouter à la nourriture ordi­naire les aliments frais (fruits et verdure), ainsi que des compléments alimentaires destinés à faciliter la mue. Pour les insectivores, des petits insectes vivants sont les bienvenus. En tout état de cause, les oiseaux doivent absolument avoir à leur disposition des compléments minéraux de qualité dont ils ont particulièrement besoin en cette période.

-    Nous avons déjà dit que les locaux d’élevage doivent être protégés contre les courants d’air ; ajoutons que dans ces locaux, la température ne doit pas trop baisser pour évi­ter le risque d’un arrêt du processus de mue. Si possible, il faut tâcher de ne pas laisser descendre la température au-dessous de 18°C. Si les oiseaux sont gardés à la maison, cela s’avèrera facile, sans nécessité d’adopter des procédés particuliers, sinon celui de fermer plus ou moins les fenêtres pendant la nuit. Pour les sujets logés dans les voliè­res à l’air libre, il sera utile (particulièrement si celles-ci présentent plus d’un côté grillagé) de pouvoir  les masquer par des toiles en plastique transparentes ou par tout autre matériau propre à cet effet.

-    On doit permettre le bain, mais il faut faire attention à ce que les oiseaux encore mouillés ne soient pas exposés à des mouvements d’air ; il s’agit d’une précaution néces­saire en toutes les périodes de l’année, mais que l’on doit particulièrement suivre en cette époque.

-    Ces précautions pour la période de mue doivent être rigoureusement suivies surtout pour les canaris.

-    Pour les exotiques les plus fragiles, il faut, pendant toute la période de la mue, maintenir la tempé­rature ambiante au-dessus de 20°C.

-    Nous savons que la Perruche ondulée, différemment des autres oiseaux de cage, ne mue pas à des périodes fixes, mais elle renouvelle son plumage  peu à peu, par inter­valles variables, sans jamais subir une mue complète ; pour cet oiseau il n’y a par consé­quent pas de soins particuliers à mettre à exécution en cette période.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

flolipo62 23/06/2009 18:28

merci de m'avoir répondu et bonne journée
bonne continuation à votre blog et votre passion

flolipo62 21/06/2009 09:50

j'aime beaucoup votre blog on y apprend beaucoup de choses et c'est clair... agréable...
bon je voulais vous demander une chose qui va peut-être vous faire bondir... je trouve très beau les pigeons... mais chez les autres je dirais, je m'explique j'ai une très bonne ouïe et le roucoulement incessant des pigeons me rend hystérique... c'est plus fort que moi... j'aimerais savoir s'il y a un moyen naturel et pas dangereux pour eux de les empêcher de venir sur le toit et le toit du voisin qui est proche... qu'ils aillent dans le fond du jardin je m'en fiche au contraire... mais dès qu'ils sont sur le balcon pour moi c'est horrible...
je vous remercie et je veux vous promettre que je leur fais pas de mal mais à moi oui ça fait mal de taper dans les mains....
bonne journée et bonne fête si vous êtes papa

22/06/2009 17:19


Bonjour, et merci pour vos voeux à l'occasion de la fête des pères.
Je comprends très bien nque vous ayez des problèmes à cause des pigeons qui provoquent en effet des nuisances. Sur votre balcon, vous pourriez peut-être tendre un filet discret comme on en trouve
dans les jardineries. En revanche, sur les toits, il n'y a pas grand chose à faire. Il existe bien des entreprises spécialisées dans la lutte contre les nuisances des pigeons, mais je vous laisse
imaginer le coût de ce genre d'opération qui ne conviendrait pas forcément non plus à votre voisin.  Sentiments dévoués. Hugues


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories