Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 17:26


  Caille de Chine mâle.  (photo Les Oiseaux du Faucigny)

                                                      
                                              LA CAILLE DE CHINE

 

Le mâle a le dessus brun clair, strié de noir. La poitrine et les côtés du corps sont gris ardoisé, tandis que le reste du corps est marron. Un collier blanc en forme de croissant fait le tour du cou, et deux petits traits blancs partent du bec pour rejoindre les pointes formées par le collier.

La femelle a une teinte beaucoup plus claire. Sa couleur ressemble à celle de la femelle caille ordinaire, d'un brun‑jaunâtre clair avec des stries sur tout le corps. Sa couleur la rend presque invisible lorsqu'elle est sur son nid et qu'elle couve. Sa taille est d'à peu près 12 centimètres de long. On trouve la caille de Chine dans l'île de Ceylan, dans le nord et le sud de la Chine, en Inde et dans l'île de Formose.

En captivité, la caille de Chine se montre très familière. Elle connaît rapidement la personne qui la soigne, et accourt dès qu'elle l'aperçoit pour demander un insecte ou un ver de farine dont elle est très friande. Pour la nourrir, on lui distribue du millet mélangé, de l'alpiste, des graminées de toutes sortes, des fleurs de foin et de petits insectes vivants tels que mouches, asticots, sauterelles et petits vers de terre.

Le mâle, imitant le coq de nos basses-­cours se saisit d'un insecte et appelle la femelle ou les poussins pour le leur offrir. La caille de Chine vit toujours avec une seule femelle. Le mâle est donc mono­game. Les accouplements se font d'avril à septembre. La ponte est de 7 à 12 oeufs. La durée d'incubation est de 16 jours. Il faut mettre à leur disposition des mottes de gazon, et dans un angle de la cage un panneau posé presque verticalement. C'est là-dessous que la femelle établira son nid.

La femelle ne quitte son nid que le temps nécessaire pour s'alimenter et se vider. Le mâle l'accompagne toujours dans ses sor­ties, et souvent aussi, il la remplace sur le nid et abrite les petits sous ses ailes, comme le fait la mère. A la sortie de l'oeuf, les jeunes sont de la grosseur d'un petit hanneton ; c'est la raison pour laquelle il est indispensable de mettre un treillis à mailles de 10 mm., et même plus petites si possi­ble.

Le mâle promène les petits, les appelle lorsqu'il a trouvé un insecte ; les jeunes se perchent volontiers sur son cou comme le font les poussins de poules. Le mâle sem­ble apprécier ce manège, et se garde bien de faire un mouvement brusque susceptible de faire tomber le petit de son dos.

L'élevage de la caille de Chine peut être tenté par tout amateur averti. La volière peut être basse car ces oiseaux se tiennent au fond et ne perchent jamais. Ils restent sur le sable au fond de la cage. Ils aiment d'ailleurs gratter et remuer ce sable.

Il est prudent de s'approcher sans brus­querie ni gestes vifs, afin de ne pas les ef­faroucher et de provoquer une panique qui les ferait se précipiter vers le plafond de leur cage, risquant ainsi de se blesser.

A l'âge de trois semaines, les poussins peuvent se suffire et doivent être séparés des parents, car si une nouvelle nichée est en route, le mâle chasse les jeunes.

Rien n'est plus joli que ces miniatures qui se déplacent en courant, dès que leur duvet est séché par la chaleur de la mère.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories