Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 16:35



Faisan vénéré.  (photo D. Legrand)

     
     MESURES GENERALES DE PROPHYLAXIE POUR LES FAISANS

                                Il faut "prémunir" avant que d'être obligé de "guérir".

Deux conditions de succès de cette prophylaxie : I'alimentation et l'hy­giène.

 

L'ALIMENTATION

 Elle doit toujours être fraîche, variée et abondante.

Chaque espèce, et surtout les animaux exotiques, doit recevoir au début, la nourri­ture qui lui convient spécialement. Un effort doit être fait à ce sujet.

Plus tard, progressivement, par habitude et entraînement, au contact des voisins, des fructivores ou des insectivores pourront devenir plus ou moins granivores.

Un peu avant l'époque de la reproduction, améliorer l'ordinaire en supplémentant da­vantage en protéines,vitamines et acides aminés.

Pour les gallinacés, à leur mise en place, dans une ou deux mangeoires comportant toute une série de compartiments, et pla­cées dans un endroit bien éclairé et à proxi­mité de l'abreuvoir, mettre dans chacun des compartiments :

‑ maïs concassé, blé, gruau d'avoine, millet, chènevis (très peu), moa, alpiste, mélange pigeon, granulé (2ème âge si pos­sible), plus sernoulette 1er âge dindonneau.

La séparation des graines permettra à l'oiseau de choisir sans trier ni gaspiller.

Pour les espèces plus délicates, prévoir en plus, du riz cuit légèrement miellé, dans un petit pot à confiture, biscuits secs et bloc de sel que l'on trouve chez les oiseleurs. Comme verdure : salade, fruits de saison.

Eau fraîche en abreuvoirs syphoïdes, re­nouvelée tous les jours.

 

L'HYGIENE

 A) ‑ Les sols seront toujours bien drainés, sans aucune humidité résiduelle, si possi­ble en recouvrant d'une épaisse couche de gravier dans les parcours, et de sable gros­sier dans les volières. Les déjections sous les perchoirs, seront enlevées régulière­ment. Les sols recevront chaque mois, al­ternativement, une fois du sulfate de fer neige à raison de 50 g au mètre carré, et la fois suivante du superphosphate de chaux à la même dose.

Pour le sulfate de fer, on évitera les in­toxications en ratissant soigneusement la surface de la terre pour réaliser convena­blement l'incorporation du produit, et on fera suivre cette opération d'un très léger arrosage.

B) ‑ Les murs, les toits et les plafonds seront dépoussiérés au printemps et à l'au­tomne, et lavés au jet. Puis on y pulvérisera un bactéricide. Après séchage, on pulvéri­sera un insecticide efficace, en insistant sur les per­choirs et toutes les parties en bois et le bas des murs, pour obtenir une action efficace contre toutes les espèces de poux, puces, et pendant une durée de 3 mois minimum.

Le poux rouge que l'on trouve parfois sous les planches ou dans les croisillons des perchoirs, sont un véritable fléau, et seule l'application d'un insecticide actif contre ce parasite, alliée parfois au badigeonnage des bois avec du fuel domestique, donne des résul­tats parfaits.

C) Il faut établir des "bains de pous­sière" dans une caisse en bois : mettre de la cendre de bois que l'on aura mélangée ou pulvérisée avec un insecticide adéquat. Les oiseaux iront s'y rouler, prenant ainsi un vé­ritable bain de poussière antiparasitaire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories