Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 17:44



                          CONSEILS AUX JEUNES COLOMBICULTEURS

 

Tout d'abord, construisez un colombier ou une volière, de préférence en bois et si pos­sible orienté vers le sud ou encore mieux vers le sud‑est avec beaucoup de lumière et une bonne aération, hiver comme été.


Commencez l'élevage avec une seule race, d'exposition ou de sport, fa­cile à élever et produisant bien (à ce pro­pos, demandez conseil à un bon juge ou à un éleveur qui a du métier, méfiez‑vous sur­tout des charlatans).


Limitez‑vous à une petite colonie, 20 à 30 sujets grand maximum ; ce conseil est d'ailleurs valable pour tous les colombicul­teurs dans le domaine de l'élevage du beau pigeon.

Si vous voulez rester dans ce domaine, essayez de devenir et de rester des éle­veurs amateurs et non des éleveurs profes­sionnels qui possèdent des centaines sujets car cela devient une industrie et se termine par un marché aux puces.


Soyez très sévère dans votre élevage, n'ayez aucune crainte d'éliminer (à savoir de tuer ce qui ne vous convient pas, même si cela n’est jamais agréable).  Si vous avez quelques sujets conformes en surnombre en fin de saison, vous pourrez alors les vendre à un prix raisonnable.


Evitez à tout prix de suivre le mauvais exemple des éle­veurs qui enlogent de très grandes quanti­tés de sujets aux expositions toutes les semaines pendant la saison hivernale. Si vous voulez faire plaisir à tous les diri­geants des quatre coins du pays, vous ne tiendrez jamais le coup.
Choisissez vos expositions et vos juges, c'est votre droit.


Lorsque vous ferez l'achat d'un sujet ou deux dans une exposition, ne sautez pas sur le premier venu, il est possible que ce dernier n'ait fait que des 2ème et 3ème prix dans le passé, ce qui se voit fréquemment. Il est de loin préférable d'acheter un pigeon qui obtient régulièrement un 1er prix , vous se­rez rarement trompé (consultez les palma­rès).


Lorsque vous aurez obtenu le couple de reproducteurs de vos rêves, laissez-le bien en paix au colombier. Ici il convient de faire une remarque qui a son importance : méfiez-vous des expositions mal tenues où les animaux manquent souvent de nourriture et de boisson. Des pigeons soumis à ce régime catastrophique pendant quelques jours, risquent fort de ne jamais s’en remettre.


Concernant le nettoyage : les nids doi­vent être nettoyés aussi souvent que possible et de préférence tous les jours, c'est im­portant ; pour le sol, une ou deux fois par semaine suffisent, ne vous rendez quand même pas esclave de votre passe‑temps favori.


Instruisez‑vous auprès de bons juges et éleveurs amateurs de renom. Assistez le plus fréquemment possible aux réunions et conférences organisées dans les clubs et sociétés spécialisées. Faites les frais de quelques bons livres, vous y trouverez des renseignements utiles et vous servira d'aide mémoire.


Ne distribuez pas trop de médicaments à vos pigeons, évitez à tout prix de donner des produits toxiques. Donnez la préférence à des compléments alimentaires de qualité qui contribuent à maintenir vos élèves en parfaite condition.


En ce qui concerne la nourriture, on peut considérer que tous les fournisseurs renommés se valent. Si vous avez la chance d'être ami avec un agricul­teur, achetez votre blé chez lui. Tout d'abord il vous fournira des graines de bonne qualité et cela fera baisser le prix de revient de votre mélange.


A propos de froment je tiens à vous dire qu'il est à la base de la nourriture chez le pigeon d'exposition. Cela est dit clairement dans la leçon sur l'alimentation : le blé se donne toute l'année, c'est un aliment de base de la ration.


Abstenez‑vous de pratiquer l'élevage en hiver, vous n'aurez que des déceptions. Accouplez vos pigeons à partir du 15 fé­vrier jusqu'au 1er mars, et même plus tard suivant la température. Il est souvent possible d’obtenir de très beaux sujets parmi les tardifs (juillet‑août), même si cela se fait au détriment des expositions (il faut parfois savoir choisir). On obtient souvent de très bons reproducteurs de ces derniers.


Lorsque vous effectuerez des travaux, aménagements, transformations, etc... dans votre colombier, munissez‑vous d'un aimant afin de ramas­ser pointe, clou, vis, fil de fer, etc...

A ce propos, voici une petite anecdote : un jeune colombophile possédait une très belle femelle "type standard" sur laquelle il avait fon­dé beaucoup d'espoirs. Malheureusement, cette pigeonne périclita et il fut obligé de la tuer et d'en faire l'autopsie. A son grand étonnement, cet oiseau avait un fil de fer de 3 centimètres dans le gésier ! Ce genre d'accident ne pardonne pas ; il n’est pas rare chez les pigeons qui ont la li­berté complète.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Marc 28/09/2009 07:52


je faisais partie d'un club ornitho que j'ai abandonné car comme dit dans cet article, certains ne produisent que par intérêt et vendent tout et n'importe quoi, de quoi décourager un débuttant qui
va démarrer avec du n'importe quoi, plutôt que de tuer, je préfère solder les mauvais sujets avec avertissements clairs de l'acheteur .Bonne journée.


Jean Marc 22/09/2009 17:08


bonne journée pour ce qu'il en reste; à bientôt


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories