Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 16:10



Faisan mâle.

 

PARLONS  « FAISAN »

 

Contrairement à la perdrix, le faisan est polygame (un mâle pour 5 à 7 femelles) et la ponte est saisonnière. Elle commence fin mars et début avril, dure trois mois et demi; la femelle produit entre 45 et 55 oeufs en moyenne, d'un poids de 35 g. environ.

Les poussins deviennent adultes vers 18 à 20 semaines.

 

LES BÂTIMENTS ET LE MATÉRIEL

 

Il est préférable que les élevages soient situés dans un endroit calme, à l'écart des voies de circulation et des sources de bruit, de préférence sur un terrain perméable et bien ensoleillé et la plupart du temps pro­tégé par une clôture d'enceinte (contre les chiens, chats, renards).

Le parquet individuel

On place un coq et 5 à 7 poules dans un enclos grillagé d'une surface de 15 à 25 m2 et d'une hauteur de 2 mètres environ, com­portant nécessairement un abreuvoir, une mangeoire, un abri sommaire et une porte d'accès et accessoirement un perchoir et des panneaux pleins dans la partie basse des séparations entre parquets pour faire un écran. Le tout est recouvert de grillage ou d'un filet, La majorité des éleveurs utili­sent ce système de parquet individuel.

Le parquet collectif :

Il consiste à réunir 8 à 10 parquets indivi­duels en un seul mais, en donnant 8 à 10 m2 par faisan et en plaçant 3 à 4 points d'ali­mentation et 3 à 5 points d'eau.

Si l'on compare ces deux systèmes, on constate à l'actif du parquet collectif, un in­vestissement moins élevé et une charge de main‑d'oeuvre par faisan inférieure ; par contre, du fait des problèmes de batailles entre mâles et du picage, des problèmes sanitaires plus difficiles à contrôler et l'im­possibilité de sélectionner les groupes de meilleures pondeuses. Le parquet indivi­duel se montre le plus performant.


La saison de ponte étant déclenchée par l'augmentation de la durée d'éclairement, on peut utiliser un éclairage artificiel en complément de la lumière du jour pour avancer le début de la ponte et augmenter le nombre d'oeufs pondus. En fait, le taux d'éclosion diminuant, la quantité de fai­sans produits est la même, mais disponible plus tôt.


On peut recourir à cette méthode en éclairant vers la mi‑janvier les reproduc­teurs à raison de 4 watts/m2 à 6H30 du ma­tin puis en avançant cette heure de 20 mn tous les 15 jours.

En général, les éleveurs disposent d'un local séparé des bâtiments d'élevages où sont stockés d'une part les oeufs à une tem­pérature moyenne de 12°C et une humidité de 70% et d'autre part, les incubateurs et les éclosoirs.


Les appareils les plus fréquemment ren­contrés sont les incubateurs dynamiques et les éclosoirs statiques.
Après l'éclosion, les jeunes passent suc­cessivement de la poussinière à une petite volière, puis à une grande volière, jusqu'à l'âge adulte.


Dans les élevages de petite taille, la pous­sinière est constituée d'une cabane d'éle­vage indépendante d'une surface de 16 à20 m2 abritant une bande unique de faisan­deaux, et attenante à une petite volière.


Les volières représentent la majeure par­tie de la surface occupée par l'élevage. Réalisées en grillage, avec des poteaux de soutien, elles sont recouvertes de grillage ou de filet, l'avantage de ce dernier étant
de pouvoir être descendu l'hiver car l'accu­mulation de neige peut faire effondrer le dessus de la volière.


Les hauteurs rencontrées en grande vo­lière peuvent atteindre plus de 6 mètres de haut ! La petite volière, toujours attenante à la poussinière, est accessible aux faisan­deaux entre la 2ème et la 3ème semaine. Les dimensions des différentes volières sont variables suivant la densité souhaitée.

 

LA CONDUITE D'ÉLEVAGE

 

Le choix des reproducteurs et la sélec­tion se font uniquement sur l'aspect exté­rieur des faisans. La plupart des éleveurs choisissent comme futurs reproducteurs les femelles issues de leur propre élevage (nées en mai ou juin), et achètent ou échan­gent les mâles à l'extérieur.

Les critères de choix des reproducteurs les plus cités sont : la grosseur de l'animal (les plus lourds sont retenus), et l'emplumement (importance et coloris) pour les mâles et la conformation pour les femel­les. Très peu d'éleveurs enregistrent la pro­duction par parquet ; ainsi, la sélection des reproducteurs sur leurs performances est rare alors qu'elle est nécessaire pour l'amé­lioration de la productivité.


La mise en place des parquets de ponte a lieu, en général, vers la mi‑février et nous avons vu précédemment que les parquets individuels (1 coq et 6 poules), sont les plus utilisés. Les reproducteurs sont tous vermifugés, parfois vaccinés contre la peste aviaire et reçoivent un aliment spécial pour la ponte (riche en protéines, minéraux et vitamines).

Les oeufs sont ramassés entre une fois et trois fois par jour (2 fois en moyenne vers 13 heures et 19 heures). A ce stade, les oeufs félés sont éliminés.


Quelques différences sont observées dans l'élevage des jeunes. Les litières  pour les poussins dans les trois premières semaines peuvent être consti­tuées de copeaux, de paille ou de foin. De l'avis des auteurs, le meilleur confort est assuré par les copeaux dépoussiérés, mais cette
solution est la plus onéreuse.


La date d'accès à la petite volière (atte­nante à la poussinière) varie de la fin de la deuxième semaine à la quatrième semaine. En fait, cette date de sortie dépend des con­ditions climatiques.
La date d'accès à la grande volière s'échelonne entre la septième et la dixième semaine. Cette différence s'explique par les conditions climatiques mais aussi par la nécessité de libérer les locaux pour les ban­des suivantes.


Des interventions sont nécessaires ; un des plus gros problèmes rencontrés dans l'élevage de faisans est le picage (non spé­cifique à cette espèce). Cette expression de l'agressivité dont les causes sont multiples entraîne un grave défaut d'emplumement, des blessures et parfois de la mortalité.


L'aspect extérieur de l'oiseau étant pri­mordial, il est impératif de limiter cette "ma­ladie du comportement" (trop importante chez trois éleveurs sur dix).

Les raisons principales du picage dans les élevages sont la trop grande densité d'animaux et la manque de couverture vé­gétale.


Pour résoudre ce problème, les éleveurs pratiquent au cours de la croissance de l'animal entre une et quatre interventions (pose d'anneaux, de lunettes ou de protec­teurs sur le bec).

La pose de lunettes n'intervient que dans la période de la 6ème à la 10ème semaine.

 

       ENVIRON 30 KG D'ALIMENT  PAR REPRODUCTEUR ET PAR AN

 

Les consommations d'aliment enregis­trées sur l'année pour les reproducteurs sont évaluées comme suit :

‑ 22 kg en parquet de ponte (18 à 24 kg),

‑ 9,5 kg au cours de l'entretien (8 à 11 kg),

‑ soit à 31,5 kg en tout (26 à 35 kg).

Les écarts de consommation observés sont dus au gaspillage de l'aliment et à la durée de ponte.

Pendant la phase de démarrage, (entre les 3 à 6 premières semaines suivant les élevages), les faisandeaux reçoivent un ali­ment dit de premier âge, sous forme de semoulette. Suivant la durée de cette phase, les animaux consomment entre 500 et 1200 grammes chacun.

Durant la phase suivant de croissance, on distribue, en général, sous forme de granulé un aliment de deuxième âge, jusqu'à la 6ème ou 11ème semaine.


Après cette période, le faisan reçoit un aliment d'entretien, mais dispose aussi d'un agrainage dû aux cultures dans les volières ou à la distribution de graines en mélange avec l'aliment composé.

 
Au total, le faisan de cinq mois a con­sommé entre 7 et 11 kg d'aliment acheté suivant la présence de cultures sous voliè­res.

La couverture végétale en volière est un aspect très important de l'élevage puis­qu'elle permet une diminution du picage. Les cultures pratiquées sont très diverses : maïs, orge, avoine, tournesol, sorgho, chou fourrager et différentes graminées fourragè­res et, nécessite un travail du sol.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories