Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 17:18

 

Lipomosa-que-rouge-K.jpg

 

COLORATION ET LUMINOSITE

Le mode d'administration des colorants ne semble pas influer de façon notable sur la coloration finale. La santé des oiseaux est un point essentiel et divers éleveurs nous ont rapporté que les oiseaux qui souf­frent de troubles intestinaux se colorent moins bien que ceux qui sont en bonne santé. Cela n'est pas pour surprendre et les aviculteurs qui produisent du poulet jaune, savent depuis longtemps que tou­tes les maladies, mais surtout les affections intestinales, ont un effet désas­treux sur la pigmentation des poulets.

Or, cette pigmentation est liée à l'absorp­tion intestinale du carotène et de ses déri­vés et est donc tout à fait comparable à la pigmentation des oiseaux... même si le pig­ment ne se fixe pas au même endroit ! L'ab­sorption des caroténoïdes se fait au niveau de l'intestin et le bon état de ce dernier con­ditionne l'absorption maximale.

La nature du colorant a une grande im­portance et il semble se vérifier que l'usage de la canthaxanthine seule est une cause de manque de luminosité. Il est souhaita­ble de l'associer à un quart ou un tiers d'apocarotène-­ester ou de béta-carotène. La couleur ob­tenue est plus brillante surtout chez les su­jets vraiment intensifs, capables de fixer beaucoup de pigment.

 

LA DOSE DE COLORANT

On ne peut tirer aucune conclusion à ce sujet car tous les éleveurs qui emploient des pig­ments concentrés distribuent des doses énormes par rapport aux capacités de fixa­tion dans le plumage. Les oiseaux ainsi traités contiennent tellement de pigments que tous leurs organes sont colorés ; leur graisse est tellement rouge que son sim­ple contact avec une feuille de papier teinte celle-ci en rouge vif. Il n'est pas certain que ces fortes doses soient seulement inuti­les. Diverses observations laissent pen­ser qu'elles peuvent être nocives et causer une irritation de l'intestin dont les capaci­tés d'absorption seraient réduites mais compensées par l'importance de la dose utilisée.

Les adjuvants peuvent être utiles. Les anti­oxygènes protègent les pigments contre leur destruction par oxydation, et peuvent dans les cas d'emploi de doses faibles améliorer la pigmentation. La vitamine F qui assure le brillant du plumage (et du pelage) peut améliorer la luminosité. Di­vers essais que nous avons fait faire par des éleveurs ont révélé une action favora­ble. La vitamine E qui agit comme anti-oxy­gène dans l'organisme, pourrait avoir un effet favorable mais surtout dans le cas où on utilise des faible doses de pigment.

 

LES ANTI‑PIGMENTS

Le principal est la vitamine A. Elle a une composition voisine de celle du carotène (on sait qu'une molécule de carotène se scinde en deux pour donner deux molécu­les de vitamine A) et on peut penser qu' à fortes doses, elle entre en compétition avec les caroténoïdes quand il s'agit de traver­ser la paroi intestinale comme si celle-ci avait une capacité d'absorption totale limi­tée. Cependant, là encore, la quantité mas­sive de pigments utilisée fait que même si la quantité absorbée est plus réduite, il en reste encore assez pour ce que le plumage peut fixer...


 LA BRILLANCE

Il semble bien que, outre la coloration fondamentale du plumage qui est primor­diale, le brillant du plumage puisse jouer un rôle très important, Une expérience très courante permet de comprendre ou au moins de réaliser le phénomène. Si l'on peint une surface avec une peinture mate de couleur vive, un rouge par exemple, on sait qu'en séchant et en devenant mate la peinture va perdre de son éclat. En vernis­sant la surface peinte avec un vernis transparent, on la rend brillante et en même temps on augmente la vigueur de la cou­leur qui devient plus éclatante, plus "lumi­neuse". On peut considérer qu'un phéno­mène semblable se produit chez l'oiseau et la présence de traces d'huiles sur la plume peut jouer le même rôle que le ver­nis sur la peinture. Nous avons vu que la vitamine F permettait d'arriver à ce résultat par la voie alimentaire. Il est donc toujours préférable d'en apporter une certaine pro­portion en même temps que les colorants.

Pour en savoir plus, afin de toujours mieux conduite votre élevage,

cliquez  ICI

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories