Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 11:26



 

CONDUITE DE L’ELEVAGE AU PIGEONNIER

 

L'INCUBATION

Vos couples étant appareillés, vous de­vez surveiller la ponte. Pour constater si la femelle a pondu, vous opérez le soir, lors­que c'est la femelle qui est sur le nid. Vous approchez lentement, très lentement, sans mouvement, votre main vers le nid, comme si vous vouliez prendre les oeufs. Ce que voyant, la pigeonne se dresse sur ses pattes pour vous défendre d'y toucher. Dès qu'elle est dressée vous voyez s'il y a quelque chose sous elle. S'il y a un oeuf, vous en prenez note. Vous recommencerez le lendemain, au cas où l'oeuf serait de la veille. S'il est bien du jour, le deuxième doit être pondu le surlendemain vers trois heu­res de l'après‑midi.

 

PRENEZ LA DATE DE PONTE DU 2ème OEUF

Vous prenez date alors pour la ponte du deuxième oeuf et vous n'intervenez plus. L'incubation dure 18 jours à compter de la ponte du deuxième oeuf. Il peut y avoir une très légère avance pendant les fortes cha­leurs et jusqu'à un jour de retard durant les périodes froides.

 

CONTRÔLEZ LE 18ème JOUR

Au 18ème jour, vous allez vous rendre compte du résultat. Toujours sans effarou­cher la mère, vous avancez lentement votre main jusqu'à ce qu'elle se dresse, et vous voyez alors ce qu'elle a entre les pattes. Si ce sont toujours deux oeufs, patientez 24 heures pour un nouveau constat. S'il y a un petit, retirez votre main lentement et attendez le lendemain. S'il y en a deux, re­marquez si la mère a sorti les coquilles vi­des du nid, ce qui est le cas le plus fré­quent. Si elle les a laissées, il est bon que vous les enleviez afin que les petits, très fragiles les premiers jours, ne soient pas blessés.

Alors avancez toujours la main lentement. Vous recevrez certainement un ou deux coups d'aile, peut‑être un coup de bec sur le dos de la main. Il faut vous y attendre pour n'avoir pas de réflexe brusque. Il ne faut pas le redouter, ça ne fait pas mal. Vous enlevez délicatement la coquille sans déranger la mère, vous retirez lentement la main et tout rentre dans l'ordre.

On remarque que pendant la durée de l'incuba­tion, l'éleveur de pigeons ne se fatigue pas.

 

L'ÉLEVAGE DES JEUNES

 Pendant les dix à douze premiers jours, rien à faire. Il suffit de bien nourrir les pa­rents, et nous nous rangeons à l'avis des éleveurs qui mettent une petite mangeoire de grains dans la case même, à côté du nid de plâtre, afin que la mère, qui reste 18 heures d'affilée sur la progéniture, puisse s'alimenter sans bouger et en conséquence alimenter mieux ses petits.

Vers le dix ou douzième jour des jeunes, deux opérations : nettoyage de la case avec la raclette et changement de nid. Puis "baguage" des jeunes.

 

NETTOYAGE

 Il est bon d'avoir des nids en surnombre. Ainsi vous n'avez qu'à placer un peu de foin très fin, légèrement torsadé, dans un plat  propre où vous installez les jeunes et vous retirez le plat sale que vous nettoyez en­suite quand bon vous semble. Pour cela, mettez les plats sales à tremper une heure dans un baquet, il suffit ensuite d'un coup de brosse de chiendent, un filet d'eau pro­pre par‑dessus et une demi‑journée au plein soleil pour qu'ils soient remis à neuf.

 

BAGUEZ VOS PIGEONS

 Le baguage des jeunes n'est pas néces­saire pour ceux que vous destinez à la con­sommation ; mais il est indispensable pour ceux que vous devez conserver ou vendre comme reproducteurs. La bague les au­thentifie et vous permet d'autre part de con­naître toujours leur âge et leur filiation. Vous savez par exemple, que le n° 382 a deux ans et qu'il est le fils des n° 124 et 136, comme vous l'indique votre carnet (ou vos fiches) d'élevage où vous consignez les naissan­ces avec le numéro des bagues.

Donc, pour baguer, il faut des bagues fer­mées (les seules qui comptent car les ba­gues ouvertes étant interchangeables, ne signifient rien et sont sans valeur) et qu'il est préférable d'avoir des bagues "officiel­les". Tous les ans, en novembre, vous commandez le nombre de bagues qui vous seront nécessaires (prévoyez large) en indiquant la race (car il y a plusieurs tailles de bagues, suivant la grosseur de la race). Vous recevrez des bagues fermées en matière synthétique, portant no­tamment le millésime de l'année et un nu­méro différent pour chacune.

Entre le dixième et le douzième jour, il faut baguer. Plus tôt, le jeune peut perdre sa bague, plus tard vous aurez de grosses diff icultés pour la placer.

Vous placez le pigeonneau sur le dos. Vous enfilez les trois doigts dans la bague, ce qui va tout seul, et vous arrivez à la paume de la patte. Vous appliquez alors le pouce du jeune oiseau vers le haut tout contre la patte et vous continuez à faire avancer la bague vers le coude. Lorsqu'elle a dépassé le pouce (décrochez l'ongle du pouce s'il accroche au bord de la bague), vous n'avez qu'à laisser revenir le pouce, et la bague redescend le long de la patte, mais ne peut plus en sortir, les quatre doigts s'y opposant. Ainsi, vous avez un pigeon nu­méroté pour le restant de ses jours, et facile à identifier.








Partager cet article

Repost 0

commentaires

Exotic 09 23/11/2009 18:48


La conduite de l'élevage de pigeons ou autres volatiles se rejoint sur certains points.....bonne soirée


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories