Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 18:58

 

Coq Kraienkoppe-copie-1

 

 

DE BELLES PLUMES   :  UN SIGNE DE BONNE SANTE

Tous les éleveurs savent que la condition du pelage, de la "robe" est une indication précieuse sur l'état de santé d'un animal. Les oiseaux ne font pas exception à la règle. La qualité du plumage reflète la bonne santé ou au contraire traduit les premiers signes de maladie et permet aussi de déceler les vo­lailles qui, sans souffrir d'aucun mal, man­quent indubitablement de vigueur et sont donc dans l'impossibilité de mener à bien leur fonction de reproducteurs.

Un cheptel en bonne santé et vigoureux, qu'il s'agisse de sujets jeunes ou adultes, possède un plumage caractérisé par son lus­tre, son aspect compact et imposant qui tran­che radicalement d'un plumage sec, cassant, mou ; pour ce qui est des jeunes un plu­mage qui croît lentement est souvent synonyme de maladie ou de manque de vigueur.

Si nous observons un groupe de poussins, nous aurons de la chance si nous ne décou­vrons pas au bout de quelques semaines un certain nombre de jeunes dont le plumage présente un aspect anormal.

Certains jeunes s'emplument très lente­ment, conservant leur duvet tandis que la majorité de leurs compagnons ont déjà leur plumage ; d'autres restent à demi‑emplumés pendant des semaines, d'autres encore sont dépourvus de plumes sur les ailes, le des­sus de la tête et le dos ou, à l'inverse, exhi­bent une pousse exceptionnelle des plumes des ailes qui s'étendent le long du corps. Tous ces poussins doivent être considérés comme étant des sujets déficients.

En dehors des facteurs héréditaires, la qualité de plumage dépend de l'environne­ment et de la nourriture administrée. Quand une couvée entière de poussins paraît anor­male à cet égard, il s'agit également d'une indication selon laquelle il y a manifestement une lacune dans les méthodes d'élevage ou alors c'est le résultat d'un échec quelcon­que. On prendra soin de marquer d'un signe distinctif les animaux concernés afin, qu'une fois rétablis, leur intégration soit dénuée de tout risque.

Mais l'air frais ne suffit pas à garantir un bon plumage. Les poussins ont besoin de ce que l'on appelle un air "stimulé". On sous­-entend par là qu'il faut les exposer à un air offrant différents degrés de température si on veut obtenir un plumage compact, abon­dant et brillant.

Lorsque les poussins se trouvent dans des locaux chauds dans lesquels la température varie peu, le plumage devient mou et flottant car la nature assure une protection suffisante seulement en cas de besoin. Si nous effec­tuons une comparaison entre des sujets éle­vés dans des poussinières et dans des cages avec ceux élevés dehors, nous cons­taterons à différents niveaux, l'effet d'une cha­leur constante d'un côté, et d'une tempéra­ture à taux variable de l'autre.

Du point de vue nutritionnel, une carence des trois facteurs principaux que sont les protéines, les minéraux et les vitamines con­duit inévitablement à l'obtention d'un plumage pauvre. Les deux premiers facteurs sont gé­néralement liés car les protéines concentrées ordinaires constituent aussi de bonnes sour­ces de matières minérales. Quant aux vita­mines, un manque de vitamine D est le plus souvent à l'origine d'une mauvaise croissance de plumage.

Le rachitisme est typique de ce genre de condition. Néanmoins, la déficience est rare­ment totale. En général, elle n'est que par­tielle d'où diverses formes de rachitisme qui, sans en arriver à un stade tel que les petits ne puissent plus se tenir sur leurs pattes, conduisent à bloquer tout ou partie le pro­cessus d'emplumage. Il est très important de prendre conscience d'une telle possibilité car, sauf apparition de jeunes titubant sur des pattes chancelantes, on a encore tendance à écarter l'idée qu'il peut y avoir une carence en vitamine D.

Si nous donnons aux volailles des rations équilibrées qui assureront une croissance normale, nous n'aurons pas besoin d'administrer des produits complémentaires pour améliorer leur plumage. Il faudra plutôt sur­veiller attentivement certains autres facteurs environnants comme les insectes nuisibles, les vers, les infections coccidiennes. Les trou­bles digestifs et les maladies de toutes sor­tes sont aussi à prendre en considération.

 

Oie de Toulouse

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories