Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 16:52

 

Hoki femelleHoki femelle

 

L’ELEVAGE DES FAISANDEAUX

 

Depuis qu'il existe des aliments compo­sés pouvant être donnés seuls dès le deuxième jour, la nourriture des faisandeaux n'offre plus de difficultés. On s'attachera tout au long de l'élevage à observer une hygiène rigoureuse et l'on s'efforcera de suivre la nature d'aussi près que possi­bie.

 

Elevage avec poule meneuse

C'est encore une méthode très répan­due et l'on en rencontre presque autant de variantes qu'il y a d'éleveurs ; chacun d'eux l'adapte à ses nécessités propres notam­ment en fonction de la position de l'éle­vage, de la nature du terrain et de son boi­sement ainsi que de l'importance même de l'élevage, du matériel et du temps dont il dispose.

Certains éleveurs, lorsqu'ils ont des reproducteurs de plusieurs races différen­tes, mélangent les oeufs dans les couvées et font adopter par les poules meneuses des couvées mixtes pour éviter que les poules ne tuent certains des faisandeaux.

 

Adoption :

Au maximum deux jours après l'éclosion,  on fait adopter les faisandeaux par une poule dans une boîte d'élevage en lui don­nant un, puis deux faisandeaux, tout en observant ses réactions (il arrive en effet assez souvent que des poules se révèlent de mauvaises mères et tuent les faisan­deaux).

De grandes précautions devront être pri­ses pour éviter que les faisandeaux ne se refroidissent surtout s'ils viennent d'une pièce chauffée ou d'une sécheuse électri­que.

On donnera à chaque poule, des faisan­deaux éclos le même jour, au nombre de 18 à 20 si c'est une grosse poule. Le pre­mier jour, ils resteront enfermés avec la poule dans la boîte d'élevage.

Si le temps est beau, le second jour les faisandeaux auront la possibilité de sortir au soleil dans un parc en grillage adapté exactement sur le devant de la boîte. En cas de mauvais temps, ou de soleil trop fort, on protègera les faisandeaux en dis­posant sur le parc un carton imperméabi­lisé. Les boîtes devront être fermées cha­que soir avant qu'il ne fasse frais et ouver­tes chaque matin dès la rosée disparue.

Les fonds des boîtes seront laissés pen­dant la première semaine. Le parc s'éten­dra si possible à la fois sur de l'herbe et sur un espace sablonneux. On déplacera les boîtes de manière à conserver un sol toujours propre aux faisandeaux.

Au bout de 8 à 10 jours, on enlèvera le parc en laissant la possibilité aux faisan­deaux de s'écarter dans la verdure envi­ronnante qui doit les protéger aussi bien du vent que des ardeurs du soleil et des rapaces.

 

Élevage en parquets volants:

On dispose souvent de bois brut de scie­rie qui permettra de confectionner un par­quet dans des conditions relativement peu onéreuses.

On peut s'arranger pour faire des pan­neaux démontables qui permettront de stoc­ker facilement les éléments en pile en de­hors de la saison d'élevage.

Ces parquets seront placés sur un ter­rain plat ou en plan incliné, en veillant à ce que le bas adhère bien au sol et ne laisse aucun passage possible aux nuisibles.

On choisira de préférence un sol herbeux. Les premiers jours, on s'assurera que l'herbe n'est pas trop haute afin d'éviter que les faisandeaux ne s'égarent ou ne se mouillent.

L'adoption se fait dans des boîtes d'éle­vage comme précédemment. Chaque boîte d'élevage pourra être fixée à l'ensemble de manière à faciliter les déplacements du parquet. Ceux‑ci peuvent être effectués par un homme, ou mieux, par deux, en prenant toutes les précautions voulues pour ne pas écraser les faisandeaux.

Les premiers jours (pendant une durée qui variera de 3 à 8 jours, suivant le temps et l'époque), on sera obligé de fermer les boîtes chaque soir dans les parquets.

On s'assurera que le sol sous les boîtes (elles sont sans fond) reste propre et l'on déplacera au besoin légèrement les par­quets. En dehors de ces petits mouvements, les parquets n'ont pas besoin d'être dé­placés avant la fin de la première semaine. Au cours de la deuxième semaine, on procèdera à deux déplacements, trois au cours de la troisième, puis un par jour par la suite jusqu'à six semaines.

 

Elevage artificiel

On peut également élever des faisan­deaux d'un jour en salle ou en poussinière, avec une éleveuse chauffante. On adapte au local un parc en grillage couvert (qui pourra être constitué par des panneaux démontables) installé sur l'herbe. Celle‑ci doit être fauchée avant de mettre les fai­sandeaux dans le parc et enlevée afin d'évi­ter qu'elle ne s'acidifie.

Il faut en général élever deux fois moins de faisandeaux qu'on n'élèverait de pous­sins avec le même matériel.

Le parc en grillage jusqu'à deux ou trois semaines aura 6 m x 3 m pour 100 faisan­deaux. Puis il sera porté à 12 m x 3 m jus­qu'à la fin de la cinquième semaine.

Le sol du local peut être constitué par une litière de paille hachée qui doit avoir 6 cm d'épaisseur au moins. Il peut égale­ment être fait d'une couche de 3 cm de gra­villon très fin recouvrant une couche de ci­ment.

Dès que l'on a reçu les faisandeaux d'un jour ou dès qu'ils sont secs (s'ils provien­nent de l'élevage), on les place (encore une fois avec toutes les précautions possibles pour leur éviter d'avoir froid) sous l'éleveuse chauffante. Celle‑ci doit être réglée de ma­nière à donner sous elle une température de 33°environ au ras du sol. Cette tempé­rature sera abaissée progressivement en fonction de la température extérieure de manière à entretenir une température d'une vingtaine de degrés au bout de quelques jours.

Le premier jour, il faudra surveiller les faisandeaux pour voir s'ils apprennent à utiliser l'éleveuse chauffante.

L'aération du local doit être suffisante sans cependant créer de courant d'air.

Un des inconvénients de l'élevage en salle est le picage. On s'efforcera donc de faire sortir les oiseaux le plus souvent et le plus tôt possible, dès le deuxième jour s'il fait beau et chaud ; toutefois pas avant que l'herbe ne soit sèche, les premières se­maines.

On les gardera ainsi tant qu'ils auront be­soin de la chaleur de l'éleveuse soit quatre à cinq semaines.

 

Alimentation des faisandeaux

 

A l'éclosion, les faisandeaux sont pour­vus de réserves alimentaires (restes du vitellus de l'oeuf) qui leur permettent de jeû­ner pendant 24 à 48 heures.

S'ils sont élevés avec poules meneuses, celles‑ci leur apprendront à picorer et pour cela il est bon qu'elles soient elles‑mêmes habituées à l'aliment qu'il est recommandé de leur apporter quelques jours avant la date prévue pour l'adoption.

Lorsqu'ils sont élevés artificiellement, il faut vérifier qu'ils viennent bien tous manger (on placera abreuvoirs, soucoupes et plus tard des mangeoires en dehors de la zone chauffée par l'éleveuse). Le qua­trième jour, il faudra les habituer à manger à l'extérieur de la boîte d'élevage.

Trois mangeoires de 40 cm suffisent pour 100 oiseaux. Les premiers jours on utili­sera l'aliment présenté en semoule (ou miettes).

L'aliment est donné à volonté; les oiseaux se rationnent d'eux‑mêmes. Il faut prévoir, pour les quatre premières semaines pour chaque faisandeau, envi­ron 600 grammes d'aliment.

 

La verdure :

Les faisandeaux doivent avoir très jeu­nes la possibilité de manger de la verdure. S'ils n'ont pas d'herbe à leur disposition, on leur donnera des salades coupées en petits morceaux que l'on changera chaque jour afin qu'elles soient toujours fraîches.

 

L’eau :

L'eau de boisson, claire et propre, doit être tenue à la disposition des oiseaux à volonté car ils boivent beaucoup. On utili­sera de préférence des abreuvoirs à niveau constant, soit des abreuvoirs syphoïdes du com­merce soit des abreuvoirs confectionnés avec une boîte de conserve percée de deux trous sur les côtés et retournée sur une soucoupe creuse. Leur taille sera toujours en rapport avec l'âge des faisandeaux afin que ceux‑ci ne puissent s'y noyer ni même s'y mouiller et qu'ils ne puissent non plus salir l'eau de leurs déjections. Trois abreuvoirs d'un litre sont suffisants pour 100 faisandeaux. Les abreuvoirs seront tenus très propres et désinfectés souvent.

 

Le gravier : 

Les gravillons ou petits silex nécessai­res au bon fonctionnement du gésier des oiseaux devront être distribués, si les fai­sandeaux n'ont pas la possibilité d'en trou­ver par eux‑mêmes dans le sol. On donnera toujours le gravier le plus gros possible eu égard à la taille des oiseaux afin d'éviter que des graviers trop petits ne passent directement dans l'intes­tin.

On évitera que les faisandeaux ne man­gent l'agrainage de la poule en donnant à cette dernière du maïs, dont le grain est trop gros pour eux.



Boite d'élevage

Parquet volant de 3 m x 1,80 m et 1,20 m de haut.
Bois utilisé : montants de 5 x 5 cm, traverses de 2,7 cm x 8 cm. Grillage à mailles de 2 cm
Pourtour en planches sur 0,60 m de haut. Porte : largeur 0,60 ,m ; hauteur 0,90 m.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Marc 04/02/2010 18:59


petite rectif, la question posée ce matin sur les mélanges canaris était de moi mais postée de chez Claude d'où l'erreur; merci pour la réponse, je n'ai que 4 canaris aussi je pense avoir compris
la leçon mais je peste de devoir jeter un tas de graines noires (pavot ?)non consommées , je vais peut être tenter une autre marque; merci d'avoir répondu .


Poulbot.66 02/02/2010 19:33


Bonsoir, élever des faisans ce n'est pas si facile à ce que je vois ! Amitiés du sud...Lulu66


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories