Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 18:19

 

Frise-milanais.jpg

 

L'HYGIENE ET LA SANTE DES PIGEONS

 

S'il est vrai que les pigeons sont sujets à de nombreuses maladies, il est démontré aussi que ces maladies peuvent être évi­tées en unissant certaines règles hygiéni­ques à une saine alimentation. Il n'est pas étonnant du tout que le pigeonnier dans le­quel l'hygiène n'est pas observée soit une source de déboires constants,

En premier lieu, il faut éviter l'encombre­ment. Maintenir dans un local trop étroit un trop grand nombre d'animaux, c'est infailli­blement les condamner à toutes sortes d'épidémies, plus contagieuses les unes que les autres.

Une bonne aération est indispensable car les pigeons ont besoin, pour prospérer, d'un air fréquemment renouvelé ; les ouver­tures dont tout bon pigeonnier devra être largement pourvu, ne seront totalement fermées que pendant l'hiver, lors des grands froids, et durant la nuit seulement.

La propreté aussi est une des conditions essentielles de bien‑être ; on nettoiera fré­quemment les cases et les nids et, au moins une fois par an ; en février‑mars, d'ordinaire avant l'époque de la reproduc­tion, on procèdera à un nettoyage complet suivi d'un blanchissage au lait de chaux, et à des pulvérisations de solution désinfectante.

Peu d'oiseaux aiment autant la propreté que les pigeons ; mais il ne suffit pas de maintenir le pigeonnier propre, il faut que le pigeon puisse lui‑même se maintenir dans cet état et faire journellement sa toilette. C'est dans ce but qu'il lui faut, outre l'eau destinée à sa consommation, un bassin où, été comme hiver, il ira chaque jour prendre un bain, différant en cela es­sentiellement des poules ou autres gallina­cés qui n'ont besoin d'eau que pour leur boisson.

N'oublions pas que la propreté est aussi le meilleur moyen d'éviter la trop grande pullulation de tous les parasites qui assiè­gent ces pauvres oiseaux. En appliquant ces soins et en suivant ces précautions, on évitera les pertes qui ne manqueront point dans un pigeonnier mal tenu.

Il y a surtout un moment critique dans tout élevage : l'automne et les premiers froids. Ils coïncident avec la mue, et si cel­le‑ci est une fonction et non une maladie, elle offre toutes les apparences de cette dernière.

Chez les jeunes pigeons, la mue com­mence dès qu'ils sont aptes à pourvoir eux-­mêmes à leurs besoins en nourriture ; chez les adultes, elle peut avoir lieu de juin à novembre. Les pigeons qui muent sont délicats ; ils crai­gnent la pluie et l'humidité. Il faut leur don­ner, durant toutes cette période, une nour­riture réconfortante et les empêcher autant que possible de sortir par temps de pluie. Ceux qui muent tard sont surpris par les chutes de température qui se pro­duisent à cette époque de l'année et ils en souffrent. La mue peut alors être arrêtée et les sujets en mourir. On les voit, les plumes hérissées, se maintenir immobiles dans un coin. Il est temps d'intervenir.

Les oiseaux ainsi éprouvés seront placés dans un local tempéré ; il est préférable de les mettre séparément dans de petites ca­ges grillagées ou des appareilloirs et de leur donner une nourriture stimulante et fortifiante : graines, pâtées, etc. Ici peut se placer une recommandation importante : dès que l'on aperçoit dans le colombier, un oiseau qui, hérissé, fait la boule, signe cer­tain trouble sérieux, voire de maladie, il faut le séparer des autres jusqu'à ce qu'il soit guéri ou, du moins, jusqu'au moment où on est convain­cu que son problème n'est pas contagieux.

Une très bonne pratique consiste à sépa­rer les deux sexes durant l'hiver, c'est‑à­-dire à mettre dans des compartiments dis­tincts, sans communication, d'un côté les femelles, d’un autre les mâles.

  Il est évident que les pontes d'hiver ne sont pas recommandables ; par temps froids et humides, les femelles pondent dif­ficilement et, souvent, l'oeuf est arrêté dans l'oviducte. D'autre part, les pigeonneaux, pendant les froids, sont malingres et n'at­teignent jamais la taille des parents.

Pour éviter dans le pigeonnier, la ponte d'hiver préjudiciable, il faut enlever, durant la mauvaise saison, les nids et tous les ma­tériaux qui pourraient inciter les femelles à pondre.

Pour en savoir plus afin de toujours mieux conduire votre élevage,

cliquez  ICI

 

Cravaté allemand-copie-1

 Cravaté allemand, type ancien.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories