Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 16:53



Perruches ondulées

Couple de perruches ondulées.

L’UTILISATION DES MEDICAMENTS

 
Pour utiliser correctement les médicaments et traitements divers, il faut employer des doses correctes ; une dose trop faible est inefficace, une dose trop forte peut être dangereuse.

Pour être certain de faire des dosages corrects, certaines notions sont nécessaires.

MESURE DU VOLUME D'EAU : dans les modes d'emploi des produits, il est dit par exemple : x gouttes pour 1/4 de litre d'eau ou pour 60 cc d'eau. Comment mesurer ces volumes. Le centimètre cube (cm3 ou en simplifiant cc) est le millième d'un litre ‑, il correspond à 1 g d'eau. Ne pas le confondre avec le centilitre qui est 1/100e de litre. Le centimètre cube est le millilitre.

Voici quelques mesures courantes

‑ 1 cuiller à café = 5 cm3

‑ 1 cuiller à soupe = 15 cm3

Ce sont des mesures très imprécises et mieux vaut les éviter. Pour de petites quantités, une seringue à injections dite «de Pravaz», graduée, est très précise et d'emploi commode. Pour mesurer les volumes d’eau, il est plus simple d'acheter un biberon gradué en plastique, donc incassable, qui comporte toujours une graduation suffisamment précise, en centimètres cubes, jusqu'à 250 cm3, soit 1/4 de litre.

MESURE DU MÉDICAMENT : le médicament employé peut être en com­primés solubles, en poudre ou en liquide. En comprimés, le dosage ne pose pas de problèmes ; il faut dissoudre le comprimé dans le volume d'eau indi­qué dans le mode d'emploi et mesuré comme indiqué ci‑dessus.

Produits en poudre : avec un médicament en poudre, la mesure en volume doit toujours être rase sauf indication contraire. Une cuiller à café par exemple, si elle est mesurée bien pleine, peut avoir une contenance double de la cuiller rase. Le volume ou le poids d'eau contenu dans une cuiller à soupe ou à café indiqués au paragraphe précédent, n'a rien à voir avec le poids d'une poudre contenue dans la même cuiller rase. La densité appa­rente des poudres est très variable et on ne peut jamais, sans balance précise, savoir ce que va peser une cuiller à café d'une poudre donnée. On peut simplement retenir que la cuiller à soupe rase vaut trois cuillers à café rases. Pour la mesure des poudres, il faut donc suivre exactement le mode d'emploi et si le produit est accompagné d'une mesure en métal ou en plastique, il faut l'employer de préférence à toute autre.

Produits liquides : la dose est indiquée en gouttes, ou en centimètres cubes, ou en cuillers. Souvent, il est indiqué : gouttes et centimètres cubes. Il convient de s'y conformer exactement et de respecter également le volume d'eau dans lequel il est indiqué de mettre le produit. On sait qu'un gramme ou, ce qui revient au même, un centimètre cube d'eau pure correspond à 20 gouttes mesurées avec un compte‑gouttes standard. Ce nombre de gouttes peut varier avec la forme et les dimensions de l'extrémité du compte‑gouttes, du simple au double.

Il varie encore plus avec la nature du produit et, en pratique, toujours en augmentant. Pour beaucoup de produits vétérinaires, il se situe entre 30 et 40 gouttes. Avec un produit contenant de l'alcool à 70°, il peut monter à 65 ou 70 gouttes pour un gramme.

Il ne faut donc jamais transformer un nombre de gouttes en volume ou en poids en se basant sur les 20 gouttes au gramme comme pour l'eau. Beaucoup d'amateurs font ainsi des erreurs grossières et donnent des doses insuffisantes.

Si le nombre de gouttes par centimètre cube n'est pas indiqué dans le mode d'emploi, il est impossible de le prévoir exactement sans procéder à une pesée avec une balance précise, ou sans  mesurer par centimètre cube avec une seringue graduée. En la tenant fermée avec le doigt et piston enlevé, on peut la remplir jusqu'à 1 cc en comptant les gouttes nécessaires pour obtenir ce volume.

 

TRAITEMENTS DANS L’EAU

Le dosage par oiseau : en général, les doses sont indiquées pour un certain volume d'eau et une telle dose est valable pour des oiseaux de toutes tailles car l'oiseau boit sensiblement en proportion de son poids. Un oiseau trois fois plus gros boit trois fois plus et prend donc trois fois plus de médica­ment et tout est bien ainsi.

On compte, en général, qu'un oiseau consomme 1/4 de litre d'eau pour 2 kg de poids vif. Cependant, un sujet de 20 grammes consomme environ 5 cc d'eau par jour. Cela varie évidemment avec la température et la con­sommation diminue par temps froid. Cette consommation varie surtout avec l'alimentation. Si l'oiseau a des aliments frais, verdure, fruits, toute l'eau qu'il y trouve (et ces aliments en contiennent plus de 90 %) réduit sa consommation dans les abreuvoirs.

Quand on traite dans l'eau, il faut supprimer les aliments frais et, si l'on donne une pâtée humide, il faut l'humecter avec l'eau de boisson contenant le médicament.

Toutefois, quand il s'agit de vitamines et de produits de régime sans toxicité , on peut se contenter de majorer la dose de 50 % (30 gouttes au lieu de 20 par exemple) et ne rien changer à l'alimentation.

Certains oiseaux boivent moins en proportion de leur poids ; c'est le cas des perroquets et perruches. Pour ces oiseaux, les doses indiquées dans l'eau pour les canaris peuvent être doublées.

Précautions à prendre lors des traitements dans l'eau : tout produit ajouté à l'eau lui donne un goût qui est diversement apprécié selon les sujets, y compris d'une même espèce. Il faut donc toujours, quand on traite dans l'eau, sur­veiller la consommation d'eau des oiseaux. Un refus total de l'eau de boisson qui survient parfois peut être grave s'il se prolonge plus de 12 heures et mortel après 24 à 48 heures car il entraîne déshydratation et néphrite.

On peut essayer de faciliter l'acceptation du médicament en sucrant l'eau de bois­son (1/2 à un morceau de sucre par abreuvoir de 100 à 125 cc) et, si nécessaire, en y ajoutant 4 à 5 gouttes d'apéritif à l'anis ou de liqueur d'anis dont les oiseaux sont très friands.

On évitera également de donner à la fois plusieurs médicaments dans l'eau. Leurs goûts s'ajoutent et peuvent être une cause de refus alors que chaque médicament seul serait bien accepté.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories