Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 17:40


 


Nette rousse mâle.


LA COUVAISON CHEZ LES PALMIPEDES D’ORNEMENT

 

Lorsque les oeufs sont déposés dans le nid, la femelle se met à couver. Le mâle se charge de la surveillance et ne couve pas lui-même, à l'exception du cygne noir dont le mâle relaye la femelle sur le nid.

Les oies et les canards garnissent leurs nids de duvet, que la femelle s'arrache. Les cygnes garnissent aussi leur nid, mais n'uti­lisent pas de duvet. Au cours de la couvai­son, il ne faut pas s'approcher du nid, ni de son entourage immédiat. Après 24‑27 jours de couvaison, selon l'espèce, on peut voir à l'attitude de la couveuse, que les pous­sins sortent des oeufs. Elle se tient " plus haut " sur son nid, et change souvent de position. Les poussins viennent au monde les uns après les autres, et sèchent en quelques heures sous les plumes chaudes et protectrices du ventre de la femelle.

Le contact avec les plumes de la mère imprègne le duvet des poussins de substance grasse et le rend imperméable. Des pous­sins en bonne santé sont très vifs et veu­lent immédiatement aller sur l'eau ; ce n'est qu'avec grande peine qu'on peut retenir les premiers nés de gagner leur élément na­turel. Dès que le dernier poussin est com­plètement sec, toute la famille s'empresse d'aller sur l'eau et très vite les petits ap­prennent à profiter de tout ce que l'eau of­fre en infusoires et en plantes. Sous la sur­veillance vigilante des parents, ils explo­rent leur entourage et s'en vont ensuite se reposer sur terre de toutes ces émotions. Les petits des cygnes et les oisons pren­nent encore assez longtemps leur repos dans leurs vieux nids, mais les canetons l'abandonnent définitivement.

Les poussins des oiseaux aquatiques d'ornement apprennent très vite à se nour­rir dans la mangeoire de leurs parents. Pour les canetons, cette mangeoire ne doit pas avoir de rebords trop hauts, car cela empê­che les petits d'atteindre la nourriture.

En plus du mélange de grain servi aux parents, on donnera aux oisons et aux pous­sins des cygnes des granulés adaptés, du maïs concassé et du millet ; ils sont très friands d'herbe coupée, d'algues et autres plantes aquatiques, ainsi que de pain ras­sis ramolli à l'eau.

Les poussins des canards d'ornement raffolent d'oeufs de fourmi et de biscottes émiettées, ramollies à l'eau. Autant que possible, il faut éjointer les oiseaux dans les premièrs jours de leur vie.

Quand le plumage des jeunes adultes aura remplacé le duvet des poussins, les oiseaux peuvent être définitivement sépa­rés de leurs parents.

Chez certaines espèces de canards d'or­nement, le mâle devient très jaloux après l'éclosion et il est indiqué de l'éloigner pour un temps du bassin où se trouve la mère et ses petits. Il ne faut cependant pas le faire avant l'éclosion car, par sa surveillance et les cris d'avertissement qu'il lance à l'ap­proche d'un danger, il rend à la femelle des services naturels inestimables. Surveiller le nid et accompagner la femelle au cours de sa détente quotidienne fait partie du mode de vie naturel des mâles des oiseaux aquatiques d'ornement pendant la couvai­son, et la femelle en a besoin ; ce mode de vie ne doit pas être altéré par le retrait pré­maturé du mâle.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cerisette 02/11/2009 20:00


coucou et bonne soirée
bisous


Pascale 10/10/2009 19:07


Bonsoir Hugues.
Je découvre ce blog et je comprends pourquoi vous avez pu décrire avec tant de précision les volailles de "ma" basse cour.
Cela me rappelle ma petite enfance. J'ai grandi au milieu, ou presque, des poules, canards et lapins. Lorsque j'étais toute gamine, en Charente à côté de Cognac, ma petite mère avait un élevage de
poules et poulets qu'elle vendait dans la région et qui étaient très appréciés. Je me souviens d'avoir passé des heures devant les couveuses faites maison par papa à regarder les poussins éclore.
Je revois papa mirant les oeufs pour faire le tri au fur et à mesure de l'avancé de la couvaison. Et maman donnant à manger aux lapins avec son gros Jeannot dans le cou ou encore semant le grain
dans les enclos des poules avec un jeune et beau coq dont elle était très fière qui se posait sur son épaule. Et les canetons qui nous amusaient tant quand nous les regardions se dandiner dans la
cour. Que de souvenirs et cela semble si loin ! Je devais avoir 4 ans puisque nous avons quitté la Charente alors que j'en avais 5. Ensuite, ici en Gironde, il y a encore eu des poules et des
lapins mais uniquement pour notre famille. Merci à vous d'avoir ranimés ces merveilleux souvenirs. Enfin, merveilleux pour nous, car pour maman c'était beaucoup de travail, d'autant qu'elle avait 6
enfants à élever dont nous les 3 derniers qui étions très jeunes et qu'elle aidait papa au jardin qui était assez grand.
Bonne soirée, Hugues.


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories