Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:38

                            

Fuligule Milouin mâle

 Fuligule Milouin mâle  (photo Neil Phillips - Wikimedia)

                             

                                   LE FULIGULE MILOUIN

 

SIGNES DISTINCTIFS

 

Mâle :

Bec agrémenté d'un anneau bleu sur fond noir ‑ Yeux de couleur rouge vermillon ‑Tête et cou roux vif ‑ Poitrine noire ‑ Ventre, flancs et dos gris argenté ‑ Croupion noir ‑Rectrices gris foncé ‑ Courvertures de l'aile gris fer ‑ Miroir gris plus clair, peu marqué ‑ Pattes gris plomb à palmes noires.

Femelle :

Bec avec un anneau bleu sur fond noir ‑Yeux de couleur rouge foncé ‑ Tête et cou brun clair ‑ Poitrine brun foncé ‑ Ventre gris brun ‑ Flancs gris brun ‑ Dos identique au mâle ‑ Croupion brun foncé ‑ Rectrices semblables à celles du mâle ‑ Couvertures de l'aile plus sombres que celles du mâle  ‑ Miroir et Pattes comme le mâle.

Le mâle, en éclipse (de juillet à septem­bre), est moins riche en couleur. Les teintes de tête, poitrine et croupion se salissent de gris.

 

INDICES SUPPLÉMENTAIRES D'IDENTIFICATION

 

Du canard plongeur, il emprunte toutes les caractéristiques : c'est un canard court, dense, râblé, qui porte une tête grosse sur un cou épais. Ses pattes, très en arrière du corps, ne lui permettent pas le décollage vertical : il doit battre l'eau à la manière de la foulque macroule pour s'envoler.

Vol rapide, mais moins capricieux que ce­lui de la Sarcelle. Oiseau trapu aux ailes grises.

 

Cris :

Les milouins sont très discrets et émet­tent un faible sifflement : "krik" ou "krarr".

 

Caractères :

Le milouin est un oiseau calme, peu fa­rouche, volontiers dormeur. Son grégarisme lui fait tolérer la compagnie des foulques, morillons, mais il apprécie tout autant les autres anatidés, sauf en captivité. Il affec­tionne les marais d'eau douce à grande sur­face de préférence, et aux fonds peu impor­tants. Il est volontiers joueur et plonge dans de folles poursuites avec ses congénères. Par souci de protection, il se met au centre du marais où il a plus aisément vue et aire d'envol.

 

Mensurations :

Son poids oscille plus volontiers autour de 850 g. mais peut dépasser le kilo.

Son tour de poitrine révèle sa rondeur 30 à 35 cm.

Sa longueur totale (les pattes dépassant largement le corps) : 50 à 55 cm.

La mesure d'aile pliée présente le dimor­phisme : 213 à 222 pour le mâle, moins de 212 mm pour la femelle.

Bec : 4 à 6 cm.

 

Reproduction :

Fin avril, à proximité de l'eau, ou même sur l'eau, à la manière des foulques et pou­les d'eau, la femelle construit son nid de filaments aquatiques et y dépose 7 à 12 oeufs verdâtres qu'elle couve 25 jours en moyenne. Les poussins sont, dès la nais­sance, plongeurs émérites. Ils perdent leur duvet brun, jaune et gris pour voler à 2 mois. Les mâles se regroupent pendant cette période et traînent dans les marais.


Répartition :

‑ Zone de nidification

C'est un canard "froid", volontiers nordi­que comme son ami le morillon. Il affec­tionne les îles britanniques, la Sandinavie (où il apparaît en 1850), la Russie et la Si­bérie. Son aire nidificatrice extrême sud semble être la Hollande, l'Allemagne et la France. Il semblerait que le cheptel né en France soit en augmentation. La nidification est de plus en plus importante, en Sologne et se rencontre aussi dans les Dombes, en Lorraine, et peut‑être dans le Nord où il ar­rive à plusieurs célibataires mâles de déam­buler sur les marais dans la deuxième quin­zaine de mai.

‑ Zone d'hivernage

Il descend volontiers jusqu'à la Méditerra­née, l'Inde et la Chine. Le cheptel d'hiver­nants français est évalué à quelques milliers individus (Brière, Grand‑lieu, Camargue).

 

Nourriture :

Il va la chercher parfois même par quatre mètres de fond. Ce gourmand est essentiel­lement végétarien et affectionne les tendres pousses et graines aquatiques. Il fouille la vase et ne dédaigne pas les mollusques, vers, larves, insectes qu'il ramène après des plongées de 20 à 25 secondes. Son régime varié lui fait tolérer aisément la cap­tivité et il est capable de devenir très familier.

 

Migrations : 

‑ Migrations de descente :

Les hivernants séjournent sur les marais d'eau douce tant que leur faculté de plon­geur n'est pas entravée par le gel.

‑ Migrations de remontée :

Dès la fin février et mars pour nos hiver­nants, les milouins reprennent le chemin du nid. Leur migration est des plus discrètes et emprunte le plus volontiers la route de l'Eu­rope de l'Est.

 

Sous‑espèces

Il existe deux sous‑espèces de notre mi­louin : le milouin à tête rousse d'Amérique, au dos sombre, et le milouin aux yeux rou­ges, à dos blanc.

Ne pas confondre le milouin avec...

‑ le fuligule milouinan ‑ mâle : tête vert foncé, ventre blanc ‑ femelle : front blanc.

‑ le fuligule nyroca : yeux blancs, tête et poitrine sombres.

‑ le fuligule morillon femelle : iris jaune, barre blanche sur le front.

‑ la nette rousse femelle : miroir blanc, calotte marron, bec rouge.

 

Fuligule Milouin femelle

 Fuligule Milouin femelle.  (photo Snowyowls - Wikimedia)

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories