Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 18:30

 

 

Coq Cochin

 

 

LE SEXAGE DES JEUNES VOLAILLES

Sauf dans le cas de poussins auto‑sexa­bles, il n'est généralement pas possible de déterminer le sexe des poulettes et des co­quelets avant qu'ils n'atteignent l'âge de six ou sept semaines pour les races légères comme la Gauloise ou la Leghorn, et dix se­maines ou même plus tard encore pour les races plus lourdes comme la Marans, l'Australorp ou la Rhode Island Rouge. Les éleveurs qui ont de l'expérience peuvent le voir plus tôt, mais pour les débutants il est préférable d'atten­dre jusqu'à ce que le sexe soit facilement visible.

Il y a, évidemment, la méthode de sexage japonaise, mais elle n'est pas à la portée de tout le monde et reste une affaire de spécialistes. Le sexe des poussins autosexables peut être déterminé par n'importe qui ; il est le résultat de certains croisements, dont le plus connu est le croisement argenté et doré, ce qui signifie un croisement entre coqs dorés, ou rouges cuivrés ou bruns, et des poules argentées, comme les Sussex Herminées et les Wyandottes Blanches ; les poulettes de ce croisement sont de couleur rougeâtre ou chamois et les coqs blancs ou crème, même si avec la Wyandotte blanche, un certain nombre de produits peuvent être noirs et appartenir aux deux sexes.

On peut aussi faire des erreurs dans ce croisement parce que les coquelets sont susceptibles d’être marqués par des raies brunes ou cha­mois sur le dos. Cependant, si les raies sont toutes brunes ou chamois, et que les parties inférieures du poussin sont chamois, c'est alors une poulette; mais si certaines de ces raies sont noires et que les parties inférieu­res soient blanches ou crème, c'est un co­quelet. Donc, la plupart de ces poussins sinon tous, qui sont rayés peuvent être sexés. La méthode la plus facile pour distinguer les coqs des poules, lorsqu'ils grandissent, est de se ba­ser sur la crête et les barbillons. La crête des coqs devient rouge très tôt et leurs barbillons sont également rouges et facilement visibles. La crête des poulettes reste pâle et les barbillons sont très peu développés. Les différences les plus marquées, à dix semaines, chez les ra­ces lourdes, sont :

Mâles : crête rouge, barbillons rouges et facilement visibles. Queue plutôt compacte et ar­rondie. L'emplumage n'est pas aussi avancé que chez les poulettes.

Femelles : la crête est très petite et pâle. Pratiquement pas de barbillons. La queue est longue et pas autant fournie. L'emplumage est plus développé sur tout le corps.

Certains aviculteurs préfèrent observer les plumes du camail. Celles du mâle se terminent en pointe et celles de la femelle sont arrondies. Mais cela peut s'avérer assez déroutant pour le débutant puisque les différences ne sont pas très nettes jusqu'à ce que le jeune sujet soit assez âgé, c'est-à-dire à l'âge où les autres différences sont alors facilement visi­bles elles aussi.

Les canetons

Pour les canards, il est très facile, avec un peu d'habitude, de re­connaître leur sexe dès le premier jour, par examen de l'anus. En même temps qu'ils grandissent, leur voix est la première diffé­rence notable. A l'âge de six ou sept semai­nes environ, la cane a un «couac» très dis­tinct, alors que la voix du canard est encore faible et enrouée. Lorsqu'ils sont complète­ment emplumés, les canards ont sur le dos, à la base de la queue, deux ou plusieurs plumes bouclées; la cane n'a pas de plume bouclée mais la queue plate.

Les oisons

Les oisons peuvent être sexés à un jour, comme les canetons, mais après il sont presque impossibles à sexer jusqu'à l'âge de sept mois au moins et même alors il est bien difficile de le faire avant neuf mois. On peut les sexer à cet âge par exa­men de l'anus; l'organe du jars apparaîtra ; l'anus est également de couleur plus pâle et moins plissé que celui de la femelle. L'oie n'a pas d'organe apparent et son anus va du rose au rouge et est très plissé. La meilleure façon d'examiner l'anus est de placer d'abord l'oie entre vos jambes et la maintenir la tête en bas en la maîtrisant entre les genoux; puis prenez la queue et relevez-la vers le dos; enfin, avec le pouce et l'index des deux mains, écartez l'anus. Avec une certaine habitude on peut voir le sexe sans avoir à ouvrir l'anus. Le jars est un peu plus gros mais aussi plus élancé que l'oie; sa tête est plus forte et son comportement général plus agressif que ce­lui de l'oie.

Les dindonneaux

Ce n'est pas souvent que l'on a besoin de connaître le sexe des dindons avant qu'ils soient assez âgés pour être abattus pour la consommation. A cet âge, il est très fa­cile de les sexer. Le mâle est plus gros, il a un casque plus large et plus rouge, et la «brosse» sur le devant du cou est large. Lors­qu'ils sont assez jeunes encore, les mâles peuvent être aussi reconnus grâce à l'habi­tude qu'ils ont de se pavaner, c'est-à-dire de déployer leur queue en éventail et de mar­cher en laissant leurs ailes traîner au sol.

Pour en savoir plus, afin de toujours mieux conduire votre élevage

cliquez ICI

 

Dinde blanche

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Adama Bolez 19/07/2016 15:11

cool

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories