Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 17:22

Canari-Lizard.jpg

Canari Lizard

 

             LES BONNES BASES POUR UN ELEVAGE REUSSI

Pour les éleveurs chevronnés, la perspective de la saison d’élevage qui s’annonce est empreinte d’une certaine sérénité.  En revanche, certains débutants quant à eux, éprouvent quelques difficultés. C'est le plus souvent le manque d'expérience qui cause cette apparente malchance. Aussi, pour ces derniers,  essayons de développer la technique de base à utiliser en élevage.  Précisons qu’il n’y a pas de solution miracle. Le procédé est des plus classiques et des plus simples, mais ce sont peut‑être ces deux dernières qualités qui lui permettent de parvenir à une certaine réussite, car les résultats parfaits en ce domaine n'exis­tent pas et n'existeront d'ailleurs jamais.

La première règle concerne les accouple­ments. Pour les débutants, la meilleure façon de pro­céder est  l'élevage par couple ou avec la mère seule.  La deuxième so­lution est souvent à préférer, la présence du mâle présentant quelques in­convénients, comme le nourrissage de la femelle au nid qui ne se lève donc que trop peu et a ten­dance à relâcher sa tâche nourricière auprès de ses oisillons ; en outre, le mâle l'incite par ailleurs à préparer trop tôt une nouvelle couvée, la fin du nourris­sage se trouvant bâclée, ce qui conduit à obtenir des petits frêles ou souffreteux. Le pire est le picage par les deux parents du duvet des petits, afin de parfaire le confort du nid. Par conséquent, en enle­vant le mâle à partir de la ponte du troisième oeuf, on évite ces  désagréments. Toutefois, une chose importante à faire est de le remettre dans la cage d’élevage au moment où la femelle le réclame, sous peine d'obtenir une seconde ponte fécondée partiellement si ce n'est pas du tout.

La deuxième règle concerne la nourriture. Elle est composée de deux éléments de base: le mélange de graines et la pâtée d'élevage. Le premier comprend les diverses graines habi­tuelles dans les mêmes proportions qu'à l'ac­coutumée, à savoir: 50% alpiste, 30% navette, 10% gruau d'avoine, 5% niger et 5% de lin. Il peut être utile de " l’enrichir" à cette époque en gruau d'avoine, en rajoutant un supplément de 5 % environ.

 La pâtée est généralement un facteur déterminant dans la réussite, aussi faut-il y attacher une grande importance. A ce sujet, il existe d'innombrables recettes qui toutes ont plus ou moins fait leur preuve. A  partir de l'instant où les oisillons poussent bien, on peut considérer la formule comme étant bonne ; il convient d’éviter cependant tout excès de matières grasses. Une règle absolue consiste à distribuer une provende fraîche, tout rancissement pouvant entraîner de graves troubles capables de provoquer la mort des jeunes. Pour ceux qui désirent préparer une certaine quanti­té sans en utiliser l'intégralité immédiatement, la solu­tion pour conserver leur préparation consiste à la mettre au réfrigérateur, mais pas plus de deux jours. Néanmoins, dans toute la mesure du possible, cette dernière solution est à éviter.

La troisième règle découle des deux premiè­res, c'est‑à‑dire que les parents (ou la mère seule) qui disposent d'une bonne nourriture élè­veront toujours convenablement leurs jeunes. Dans le cas inverse, il est évident que de nom­breux déboires ne pourront en être que l'issue logique.

Pour conclure, notons que le nourrissage au nid dure environ trois semaines, au terme desquelles les oisillons quittent leur berceau natal tout en continuant d'être nourris par leurs parents. A un mois, ils mangeront couramment leur pâtée et commenceront à attaquer timidement le mé­lange de graines. Mais ce n'est que vers un mois et demi qu'ils parviendront à décortiquer correctement les graines les plus dures tels que l'alpiste.

L'époque du sevrage sera alors atteinte et nous les réunirons de préférence dans de peti­tes volières avant de les mettre un peu plus tard dans une plus grande où ils pourront voler à leur guise et développer leurs muscles encore tendres. Le début de la mue juvénile, vers trois mois, marquera la fin de la période juvénile et le dé­but de leur existence de canari adulte.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories