Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 17:36

 

Gloster-corona.jpg

 

Gloster Corona  (photo bridgebird)

 

LES VITAMINES POUR LES OISEAUX

CARENCES ET BESOINS

Les vitamines sont des substances organiques diverses, fort différentes entr'elles, agissant en quantités très faibles ; elles sont indispensables à la santé de l'organisme animal. Si elles manquent dans l'alimentation, il en résulte des troubles caractérisant la «carence» en chaque vitamine ; cet état pathologique est dit «avitaminose» mot que l'on fait suivre de la lettre désignant la vitamine qui fait défaut, par exemple : avitaminose A ; il faut donc bien comprendre que les vitamines ne sont pas des produits miracles, tout extraordinaire que puisse paraître leur action aux doses infinitésimales utilisées ; il faut savoir qu'il y a autant d'avitaminoses qu'il y a de vitamines et chaque avitaminose ne peut être guérie que par l'emploi de la vitamine correspondante, bien que certaines interactions soient possibles dans des cas particuliers. Il existe diverses causes de carences :

1 ‑ CARENCE D'APPORT : elle est due au manque de la vitamine considérée dans l'alimentation. C'est la cause de carence la plus facile à comprendre.

2 ‑ CARENCE D'UTILISATION : la vitamine est présente dans l'aliment mais pour une raison quelconque l'organisme ne peut l'utiliser ; l'intestin irrité par une affection parasitaire ou microbienne ne peut absorber le carotène qui est la pro‑vitamine A.

3 ‑ CARENCE PAR DESTRUCTION : la vitamine est présente dans l'aliment mais elle est détruite dans l'organisme par certains phénomènes chimiques ; la vitamine E est détruite par les matières grasses rances.

4 ‑ CARENCE PAR ACTION D'ANTIVITAMINES : certains produits chimi­ques qui peuvent parfois se trouver dans l'alimentation, sont des antagonistes biologiques de certaines vitamines. On connaît aussi des antivitamines K, des antifoliques.

5 ‑ CARENCE PAR ARRET DE LA SYNTHESE INTESTINALE : certaines vitamines sont produites dans l'intestin par des microbes inoffensifs ; certains traitements (antibiotiques, sulfamides) peuvent arrêter momentanément le développement de ces germes utiles et par là même, la production de vitami­ne qu'ils fabriquaient ; cela est possible pour des vitamines comme B1, B6, Biotine, acide folique, PP, K.

6 ‑ CARENCE PAR ACCROISSEMENT DES BESOINS : certains états pathologiques peuvent accroître les besoins en certaines vitamines. Par exem­ple les oiseaux n’ont pas besoin de vitamine C que leur organisme peut fabriquer en quantités suffisantes pour couvrir les besoins normaux. En cas de maladie, ces besoins augmentent et un supplément de vitamine C peut alors être utile.

 NOTION DE BESOIN

Il  y a deux façons de considérer le besoin minimum d'un animal en une vitamine donnée. Ce peut être la dose qui suffit à éviter les troubles d'avita­minose. Cependant, si on augmente les doses au‑dessus de ce besoin mini­mum, on observe en général une amélioration de la santé, du poids, de la croissance, jusqu'à une certaine dose au‑delà de laquelle il n'y a plus d'amélioration perceptible ; cette dose représente le «besoin optimum» et c'est évidemment celui que nous devons retenir.

 MARGE DE SÉCURITÉ

En général, on donne des doses qui dépassent ce besoin optimum afin de parer à une destruction de certaines vitamines (sensibles à l'oxygène, à la lumière) ou à une absorption incomplète par l'animal.

 BESOINS DES OISEAUX ‑ HYPERVITAMINOSE

Les besoins précis des oiseaux ne sont en fait connus de façon précise qu'en ce qui concerne la poule à ses différents âges et assez précise pour le dindon ; les notions sont très fragmentaires pour les palmipèdes, les oiseaux gibiers, très vagues pour le pigeon et inexistantes pour les autres espèces qui englobent les oiseaux de cage et de volière. Faut‑il en conclure que nous n'a­vons aucune base solide pour répondre à leurs besoins vitaminiques?

Certainement pas car le problème est différent de celui que posent les volailles; pour ces dernières les vitamines constituent une part non négligeable du prix de la ration alimentaire et tout excès peut être considéré comme un gaspillage. Pour les oiseaux de cage au contraire, on peut se permettre d'évaluer les besoins avec une très large marge de sécurité et, par exemple, de doubler les doses nécessaires pour les espèces les plus exigeantes à propos desquelles on les connaît avec précision et en tenant compte des rapports des poids corporels. Le prix n'intervenant que très secondairement, une telle méthode est parfaite­ment justifiée. Cette majoration des doses ne présente‑t‑elle pas un danger d'hypervitaminose ? Les hypervitaminoses, troubles toxiques causés par un excès de vitamine, existent pour certaines vitamines, mais ne se produisent qu'avec des doses énormes que l'on ne saurait atteindre en pratique.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

bourdieux 28/06/2012 15:04

bonjour, mon couple de perruche a collier a fait son premier bb et je voulait savoir si il faut les laisser faire jusqua quelle grandisse

Poulbot.66 14/05/2011 21:32


bonsoir, les lapereaux se portent très bien... mon beau-fils te remercie de tes conseils... ils font la java la nuit...Amitiés... Lulu66


Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories