Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 10:32

.

 

 

Géant papillon

 

 

 

NE  PAS  CONFONDRE

COCCIDIOSE HEPATIQUE  ET  CYSTICERCOSE

 

 

 

Le foie, en raison de son rôle et de ses relations avec de nombreux autres organes, est le siège de lésions dans de nombreuses maladies.

Les lésions les plus fréquentes sont :

‑ des lésions jaunâtres de dimension et d'aspect assez variables, contenant un pus liquide jaunâtre. Elles sont spécifiques de la coccidiose hépatique,

‑ des lésions allongées vermiculaires de 1 mm de large sur 1 /2 à 2 cm de long, blanc jaunâtre, qui représentent des lésions anciennes de cysticercose ;

‑ des vésicules contenant un liquide clair et un point blanc, en suspension dans le liquide. Chaque vésicule est un cysticerque.

 

COCCIDIOSE HÉPATIQUE

 

C'est une forme de coccidiose très fréquente, mais, cliniquement moins grave, en général, que la coccidiose intestinale ; les lésions qu'elle cause sont souvent trouvées à l'autopsie ou à l'éviscération des animaux destinés à la boucherie. Ces lésions, à moins d'être très nombreuses et d'envahir la tota­lité du foie, n'entraînent pas, en général, de troubles visibles, ni même de ralentisse­ment important de croissance . En revanche, elles déprécient gravement les sujets de boucherie, la plupart des personnes non averties les considérant comme des lésions de tuberculose.

 

CAUSE ‑. la cause est une coccidie spéciale eimeria stiedae . les parasites ingérés par le lapin sous forme d'ookystes, s'ouvrent dans l'intestin et libèrent les sporozoïtes qui vont envahir les conduits biliaires. où leur évolution se poursuit pour aboutir aux ookystes qui, par la bile, sont véhiculés dans l'intestin, et éliminés avec les crottes. Tout ce qui a été dit des coccidies de l'intestin, est vrai ici aussi : sporulation, résistance aux antiseptiques, aux conditions exté­rieures, etc...

 

SYMPTÔMES : en général, la coccidiose hépatique passe inaperçue du vivant de l'animal, si les lésions sont peu nombreuses. Tout au plus, peut‑il y avoir un ralentisse­ment de croissance. Dans les formes plus graves, assez rares, il peut y avoir amai­grissement, diarrhée, voire même morta­lités dans les formes très sévères, quand le foie est totalement envahi.

 

LÉSIONS: les lésions de coccidiose sont irré­gulières. souvent en léger relief, jaunâtres : elles contiennent un pus jaunâtre, liquide, qui s'écoule quand on les ouvre ; dans les lésions anciennes, ce pus est plus consis­tant.

 

DIAGNOSTIC : il est facile à l'autopsie, d'après l'aspect caractéristique des lésions, mais on peut le confirmer au microscope, par la découverte des ookystes dans les lésions et dans la bile.

 

PROPHYLAXIE: elle est la même que pour la coccidiose intestinale.

 

TRAITEMENTS ‑ les divers traitements indiqués pour la coccidiose intestinale sont utilisables, mais le traitement préventif systématique est encore plus indispensable contre cette maladie, dont les signes exté­rieurs sont peu précis.

Quand elle est constatée dans un élevage, lors de l'abattage, le traitement préventif doit être fait de façon irrégulière ; comme pour la coccidiose intestinale, c'est surtout le traitement préventif qu'il faut appliquer. Il est d'ailleurs difficile de juger des résul­tats du traitement curatif sur les lésions, car on ignore leur importance avant le trai­tement.

 

CYSTICERCOSE

 

La cysticercose peut entraîner sur le foie deux sortes de lésions :

1 ‑ Présence de cysticerques normaux sous forme de vésicules de 5 à 6 mm de diamètre, renfermant un liquide clair et un point blanc, qui est la larve du ténia

2‑‑ Présence de lésions blanchâtres allon­gées, vermiculaires de 1 à 2 mm de large sur 10 à 15 mm de long. Cette forme allongée fait que certains éleveurs non prévenus les décrivent comme des vers du foie ».

Il s'agit de lésions anciennes, provoquées par le cheminement des larves de ténia à travers le tissu hépatique ou à la surface du  foie ; ces larves ont environ 3 mm et pourraient être prises pour des petites douves ; les sillons qu'elles creusent, d'abord hémorragiques. se remplissent de bile. de débris divers, puis se sclérosent en prenant cet aspect blanchâtre. A ce stade, les larves ont quitté le foie. et ont en géné­ral gagné le mésentère, où elles sont enkystées, sous forme de cysticerques. Quelques unes restent dans le foie, sous la forme de cysticerques déjà décrits.

Le lapin qui absorbe des herbes souillées par des excréments de chiens porteurs de ténias adultes dans leur intestin, ingère des oeufs de ces ténias. Cet oeuf libère une larve qui quitte l'intestin. et passe dans divers tissus et se fixe dans le foie. ou sur le mésentère. en formant une petite vésicule de la grosseur d'un pois, dans laquelle on voit un point blanc de 1 à 2 mm. dans un liquide clair cette vésicule constitue le cysticerque on les trouve souvent très nombreux en grappe, le long de l'intestin, autour de l'estomac et dans le foie ; chez le chien qui absorbe ces cysticeriques, la larve est libérée, se fixe dans l'intestin, où elle donne un ténia adulte, ténia pisiformis ou ténia serrata.

 

Le traitement de la cysticercose est consi­déré comme impossible ; en général d'ailleurs. on la découvre à l'autopsie et à l'éviscération, car, quand elle reste modérée et limitée au mésentère. elle n'entraîne pas de troubles particuliers. Quand elle est intense et atteint le foie, elle entraîne l'anémie et la mort.

Pour le traitement de cette affection, certains auteurs ont proposé, autrefois, l'extrait de fougère mâle. mais sans preuves décisives. Certains éleveurs considèrent que le traitement à la phénothiazine élimine les cysticerques. mais les preuves sont difficiles à apporter.

La prophylaxie découle directement de ce que nous savons du cycle évolutif du parasite, cycle qu'il faut rompre :

1 ‑ en ne ramassant pas d'herbe pour les lapins, le long des chemins fréquentés par les chiens :

2 ‑ en vermifugeant les chiens réguliè­rement (niclosamide 8 ctg par kilo);

3 ‑ en ne donnant jamais à manger aux chiens des viscères crus de lapin.

 

Pour en savoir plus afin de toujours mieux conduire votre élevage

cliquez  ICI

 

 

Nain japonais

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans LAPINS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories