Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 17:08

Faverolles-foncee.jpg

 

                    PLAN DE TRAITEMENTS POUR LES VOLAILLES

Ce plan consiste à établir un calendrier des traitements à faire de façon sys­tématique et sans attendre que les volailles soient malades. C'est une pratique qui s'est généralisée dans les grands élevages pour les diverses vaccinations, les vermifuges et les an­ticoccidiens.

Beaucoup de petits ou moyens éleveurs sont souvent à la recherche d’un plan de traitements pour la basse‑cour, ou pour des lots de volailles plus importants. Il est très difficile de leur donner satisfaction de façon honnête et adaptée à leur cas et nous allons voir pourquoi.

Il y a une différence considérable entre l'éle­vage industriel où les volailles sont en lots du même âge et bien sûr d'une même espèce, élevés dans des locaux qui ont été nettoyés et désinfectés avant leur arrivée, et l'élevage fa­milial ou amateur, dans lequel les volailles sont au sol, avec un parcours extérieur qui peut être très vaste ou au contraire très réduit et dans lequel le sol en terre constitue une réserve in­contrôlable et variable de diverses maladies pa­rasitaires.

L'alimentation est un autre facteur de diffé­rences importantes: dans un cas, elle est équi­librée et correspond aux besoins de l'âge et de l'espèce, dans l'autre cas, elle est variable, sou­vent arbitraire et presque toujours carencée, ce qui amène une sensibilité plus élevée aux diverses maladies: le manque de vitamines, de protéines, rend les volailles bien plus sensibles aux infestations, notamment par les vers.

                            LE SOL

Le sol est le réservoir de la plupart des ma­ladies parasitaires courantes: coccidiose et vers. Ces parasites s'y trouvent sous des formes très résistantes: oeufs pour les vers, ookystes pour les coccidies; ces formes survivent environ un an dans le sol et résistent aux divers désinfec­tants.

L'infestation du sol dépend du nombre de volailles au mètre carré et de l'humidité habi­tuelle du sol; un sol humide la favorise. Le sol est aussi à l'origine de la tuberculose fréquente dans les petits élevages. Le bacille tuberculeux peut y survivre 12 à 14 mois au moins.

Les conditions sont donc très variables d'un élevage à l'autre et entre le parcours utilisé année sur année pour des bandes de volailles, et celui qu'on emploie pour la première fois, il y a autant de différence qu'entre l'enclos de 5m x 5m utilisé pour 20 poules et la ferme où les poules sont en liberté totale. Il faut cependant noter que cette liberté totale peut aussi être trompeuse, car, à côté des espaces pratique­ment sains, fréquentés par les volailles, il reste les environs immédiats du poulailler, où on les nourrit et où elles séjournent plus longtemps; certaines races de volailles sont en outre peu actives et, même libres, restent toujours aux environs de leur poulailler, augmentant la den­sité effective de volailles par mètre carré, donc les risques de contamination.


               L'ALIMENTATION

La tradition veut que l'on nourrisse les poules avec du grain et cela leur a convenu tant que l'on s'est contenté d'une ponte de 90 à 110 oeufs par an et de poulets bons à manger à 5 mois. Cela allait de pair avec des poules dites «de ferme», à croissance lente, à besoins nutritifs réduits et que la nécessité amenait à rechercher sans cesse des suppléments dans la nature: vers, escargots, insectes, quand el­les le pouvaient (poules en liberté). Même pour ces poules peu exigeantes, une telle alimenta­tion était insuffisante si elles étaient enfermées sur un petit espace, insuffisance en partie com­pensée par la distribution de déchets divers et de verdure.

L'évolution de l'élevage industriel a conduit à la création de souches de volailles répondant à des objectifs précis : ponte élevée (250 à 300 oeufs par an), à une croissance rapide (2 kg en quelques semaines). La rusticité, en dehors des condi­tions d'élevage prévues, l'activité (recherche des aliments dans la nature), la frugalité, sont des qualités que la sélection a laissées de côté, car elles étaient en dehors des buts recherchés. Or, ce sont ces souches que l'on trouve main­tenant partout et qui, peu à peu, se sont intro­duites dans les petites basses‑cours où on veut les élever comme les poules de ferme d'autre­fois.

Dans de telles conditions, elles font souvent moins bien qu'elles et elles sont dans un état de santé, de résistance aux maladies, déplora­ble.

Selon que le petit éleveur nourrit ses poules au grain (croyant leur assurer une alimentation parfaite) ou qu'il emploie un aliment complet, les conditions de résistance aux maladies sont totalement différentes.

                  LE PROBLEME

On voit que si l'on combine ces différentes conditions d'élevage, on obtient un très grand nombre de cas et, même en simplifiant à l'ex­trême, on ne peut pas les classer en moins de 8 à 10 cas, correspondant chacun à un plan de traitement différent.

Nous avons essayé de répondre cependant à cette demande des petits éleveurs, et nous reproduisons ci‑après, ces plans de traitement contre la coccidiose et les vers

            LA COCCIDIOSE

C'est une maladie des jeunes sujets et elle est grave surtout chez les poulets entre 4 et 10 semaines (elle est hémorragique le plus sou­vent à cet âge), mais des formes plus lentes peuvent exister chez les poulettes jusqu'à 4 à 5 mois. Il n'y a jamais à traiter les volailles au-delà de cet âge ; les aliments pour poussins contiennent des préventifs en général très effi­caces, mais leur dose est calculée pour agir chez des poulets qui mangent uniquement cet aliment. Si la quantité d'aliment est réduite de plus de 10 à 15 % par des distributions de céréales, la maladie peut se manifester plus ou moins gravement, selon la réduction de la dose et les conditions d'hygiène et d'infestation du sol.

                 LES VERS

Ces parasites de l'intestin sont très répan­dus, surtout les ascaris, sans parler des hété­rakis encore plus courants, mais peu dange­reux, ou des capillaires très pathogènes.

Nous voudrions insister ici sur quelques points :

Les jeunes sujets, jusque vers l'âge de 6 à 7 mois et surtout plus jeunes, sont bien plus sen­sibles aux parasites que les adultes. Pour un même nombre de vers un poulet sera maigre, anémié et pourra même mourir surtout s'il a des capillaires (très fins et invisibles à l'oeil nu en pratique), alors qu'une poule adulte les sup­portera assez bien sans amaigrissement, avec cependant une baisse de ponte. Il y a un phé­nomène de résistance et d'accoutumance. De plus, dans un même milieu donc à contamina­tion égale du sol, la poule adulte est moins parasitée, car chez elle un grand nombre de parasites sont éliminés sans arriver à se fixer (immunité).

Cette différence de sensibilité entre jeune et adulte, se retrouve, à âge égal, entre un sujet carencé mal nourri et un sujet bien alimenté, de façon équilibrée, qui résiste beaucoup mieux.


              LES TRAITEMENTS

       

Si l'on donne aux jeunes volailles, un aliment composé supplémenté, comme nourriture uni­que, les risques de coccidiose sont très limités. Néanmoins, il est toujours prudent d'avoir sous la main un sulfamide anticoccidien à action ra­pide car si la maladie se déclare, il faut intervenir très vite.

Contre les vers, on  utilise des vermifuges différents suivants que l’on a affaire à des ascaris, des capillaires ou des ténias. Dans le cas où l'on donne régulièrement des compléments alimentaires adaptés, notamment à base d’extraits végétaux, les traitements antiparasitaires peuvent être espacés.

LES VACCINATIONS

A côté des parasites, se pose le problème des maladies contagieuses, dues à des micro­bes et à des virus, et il n'est pas rare que de petits éleveurs demandent un «vaccin contre toutes les maladies».

Il est évident que cela relève de l'ignorance de la diversité de ces maladies et qu'il faut sans doute en rechercher l'explication dans l'an­cienne expression «La maladie des poules» comme s'il n'y en avait qu'une.

Il est donc impossible de vacciner contre tou­tes les maladies, car contre certaines (tubercu­lose, coryza) on ne peut pas vacciner et pour celles contre lesquelles on peut vacciner (maladie de Marek, peste (Newcastle), bronchite, variole, typhose, choléra) les vaccins ne s'emploient pas de la même façon, ni au même âge; en général la vaccination est faite en plusieurs fois (rappels), certains vaccins sont injectables, d'au­tres se donnent dans l'eau, d'autres en nébuli­sations. Il n'y a donc pas une vaccination simple et unique mettant à l'abri de tous les ris­ques. Et d'abord quels sont ces risques ?

     L'IMPORTANCE DES MALADIES INFECTIEUSES

Dans les petits élevages cette place est très faible et si l'on met à part le coryza‑CRD et la tuberculose contre lesquels on ne peut pas vac­ciner, les maladies infectieuses ne représen­tent pas plus de 2 à 3 % des cas qui se présentent dans les petits élevages. On peut donc considérer que pour éviter en partie ce faible risque, il faudrait faire des vaccinations nom­breuses, et compliquées, voire impossibles pour un petit éleveur et de plus coûteuses car ces vaccins ne sont en général pas présentés en petits conditionnements.

Chez l'éleveur moyen de quelques centaines de sujets, les conditions correctes de logement, d'hygiène et d'alimentation éliminent au moins 80 % des causes de problèmes rencontrés en basse‑cour et le risque des maladies infectieu­ses est plus important en valeur relative par rapport à l'ensemble des causes de maladie. Il n'est pas plus important en valeur absolue mais le fait que, pour ce type d'exploitant, l'élevage représente un revenu, justifie des mesures de protection, contre ce risque même faible.

Les maladies que l'on peut retenir en petit élevage sont donc la tuberculose contre laquelle on ne peut rien, et le «coryza‑CRD» englobés sous le terme de «maladies respiratoires» qui sont fréquentes. Que peut‑on faire, outre le trai­tement curatif quand elles sont déclarées, puis­qu'aucune vaccination n'est possible ?

Chez les jeunes sujets on peut prévenir leur apparition ou au moins diminuer leur gravité par des traitements systématiques avec des compléments alimentaires bien adaptés.

 

Poule Brabanter

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jean ngoy bonheur 06/02/2017 23:25

bonjour je voulais connaître avec presition qu'el sont les vaccins et vitamines que je peut donné à mes poussins pour une bonne croissance?

jean ngoy bonheur 06/02/2017 23:24

bonjour je voulais connaître avec presition qu'el sont les vaccins et vitamines que je peut donné à mes poussins pour une bonne croissance?

Boubacar kamissoko 05/02/2017 14:06

Courage a toutes les eleveurs quelle sont des differentes maladies de poulets et leur medicament

Gustave 27/12/2016 12:15

Bonjour, j'ai mes poussins d'un mois qui ont la variole. Quel médicament je peux leurs données

Gustave 27/12/2016 11:59

Bonjour, j'ai mes poussins d'un mois qui ont la variole. Quel médicament je peux leurs données

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories