Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 16:58

 

Coureur indien

 

 

PRODUIRE DES ANIMAUX ROBUSTES

"Fort, capable d'endurance, résiste aux épreuves et à la fatigue, surmonte le froid de l'hiver", telle est la définition du mot robuste trouvée dans le dictionnaire, laquelle se rap­proche assez bien de l'idée que l'on peut s'en faire de prime abord. Et pourtant, la manière de produire une race de volailles vi­goureuses n'est pas chose si aisée à conce­voir, même si c'est le souhait de la plupart des aviculteurs.

Pour commencer, il serait bon de rappeler que la robustesse, comme n'importe quel au­tre élément de la constitution d'un animal se forge à partir des os et jamais d'une autre manière ; de plus, paral­lèlement à l'élevage proprement dit, il con­vient de tenir compte de l'environnement dans lequel évoluent les animaux car, en général, la robustesse chez les volailles est un fac­teur de sélection naturelle. Le climat joue un rôle primordial sur la résistance des animaux dans la mesure où un certain nombre d'en­tre eux ne pourront supporter telle ou telle influence climatique au point de mettre leur survie en péril, chose qui semble avoir été négligée par des éleveurs s'occupant de vo­lailles depuis des années. Cela aura peu d'im­portance si on transpose un sujet ayant con­nu des conditions de vie difficiles sous un climat plus propice car cela ne peut qu'amé­liorer sa croissance, même si d'un autre côté cela affaiblira son pouvoir de résistance, et sa constitution robuste deviendra alors plus vulnérable, changement que l'on n'aurait pas remarqué dans l'hypothèse où il serait resté sous l'emprise du même climat et dans des conditions identiques.

Nous ne connaissons pas une seule race qui ne dépende à un degré plus ou moins important du climat dans lequel elle évolue, qu'elle soit qualifiée de robuste ou de déli­cate car la main de l'homme a permis aux races prétendues faibles de devenir fortes et robustes, mais seulement après des années d'élevage et d'acclimatation.

Si la différence est minime entre des oeufs couvés de façon naturelle ou artificielle, vous ne pouvez cependant pas tricher avec la na­ture. Tout vient de la constitution et, petit à petit, on atteint l'objectif de produire une race robuste capable de se développer et de vi­vre dans des conditions éprouvantes. Il existe des exceptions mais uniquement lorsque l'homme intervient en sélectionnant les su­jets les plus faibles du cheptel. Ces volailles plus faibles et plus fragiles, qui dans d'au­tres circonstances auraient succombé, sont conservées pour un plumage, une couleur, ou une autre caractéristique bien particulière. Elles font l'objet de toute l'attention de l'éle­veur qui, pourtant conscient d'aller à l'encon­tre de son intérêt et d'hypothéquer ses chan­ces de réussite dans l'avenir s'obstine avec le fol espoir d'inverser la tendance et voit ainsi, année après année, le pourcentage de volailles faibles devenir plus important pour réaliser enfin que son cheptel ne peut plus être qualifié de robuste et de résistant, tout cela parce que dame Nature prend sa re­vanche sur les intrus qui enfreignent sa loi.

Il y a une seule et unique manière de pro­duire une race vigoureuse, à sa­voir l’élimination impitoyable du troupeau de tout animal présentant une constitution défi­ciente. Cela demande du courage, mais c’est le seul moyen de parvenir à créer un cheptel ou une souche pleine de force, de vitalité et de robustesse.

Certaines volailles provenant de souches spécifiques s’acclimateront difficilement, que le climat soit approprié ou non. Des années d'élevage incohérent les auront rendues fra­giles à tel point qu'il sera pratiquement im­possible d'espérer de leur part une descendance digne de ce nom ; en effet, dès la naissance, les poussins seront chétifs et à supposer que grâce à des soins minutieux ils parviennent à vivre, ils ne pourront qu'en­gendrer leur propre faiblesse pour aboutir fi­nalement à l'extinction de la race, laquelle à l'origine était robuste.

Un élevage en circuit fermé, dans un mi­lieu confiné présente un grand risque lors­que l'on désire produire des sujets d'une grande vitalié. Mieux vaut laisser circuler un air frais, abondant, tout au long de l'année, été comme hiver. Si une volaille ne bouge pas normalement et semble inoccupée par un jour froid d'hiver, c'est le signe que quel­que chose ne va pas. Une volaille robuste se doit d'être active. Tout ce qui affaiblit l'or­ganisme des parents conduit dans la majori­té des cas à fragiliser encore plus la descen­dance et ceci est particulièrement vrai lors­que la femelle est délicate, soit parce que l'ovule possède peu de vitalité, soit parce que la nourriture qu'elle a pu stocker se ré­vèle être insuffisante, ou mal équilibrée. Lorsque les germes parentaux sont possesseurs eux‑mêmes de défauts hérités de la sorte, il devient inutile de continuer à pratiquer un élevage basé sur ce type de sujets. Les tenir dans un espace restreint affaiblira même la constitution d'une race solide. Installez vos élèves dans un en­droit suffisamment spacieux où ils pourront vivre et s'ébattre à leur aise.

Obtenir des oeufs de manière intensive est une autre cause de constitution fragile et il ne faut jamais avoir recours à une telle mé­thode quand on veut élever de jolies volailles dotées d'une bonne constitution. Donnez leur une alimentation saine et équilibrée et quand viendra la saison de reproduction, vous se­rez en possession d'un grand nombre d'oeufs à couver qui, lors de l'éclosion, ne comporte­ront qu'une petite minorité de poussins morts en coquille.

 

Canard Streicher

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories