Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 11:38

 

 

Gloster-clair.jpg

 

 

GLOSTER CORONA  (photo bridgebird)

 

 

AUTOPSIE DE L’OISEAU


Pour pratiquer une autopsie sur un oiseau, surtout de petite taille, les possibilités de l'amateur et même de l'éleveur averti, sont limitées. En effet, en raison précisément,  de la petite taille des oiseaux les plus courants, leur examen demande un entraînement, tant pour la pratique manuelle de l'autopsie, d'autant plus difficile que la taille du sujet examiné est plus faible, que pour la recherche des lésions et anomalies sur des organes qui sont souvent eux­-mêmes très petits.

C'est pourquoi nous avons voulu limiter cette question à des opérations simples, mais très utiles et dont les deux premières ne constituent que des investigations limitées et non vraiment une autopsie.

 

RECHERCHE DE L'HÉMORRAGIE MÉNINGÉE

Ce n'est pas faire une autopsie, en effet, que de soulever la peau du crâne de l'oiseau, pour mettre à nu la boîte cranienne et voir l'épanche­ment de sang. La peau est fragile et cele se fait avec les doigts, sans ciseaux ni pinces. Attention! ne prenez pas pour une hémorragie, un simple épanchement rose, délimité de façon nette et dentelée dite «en carte géographique». L' hémorragie méningée véritable est rouge vif ou rouge noirâtre.

 

RECHERCHE DE L'ACARIASE RESPIRATOIRE

Il s’agit là encore une intervention limitée : elle consiste à dépouiller le cou sur toute sa longueur et, avec des pinces (à épiler par exemple) à tirer la trachée (petit tube annelé rigide) préalablernent sectionnée à sa base, c'est à dire du côté du corps de l'oiseau. En l'examinant par transparence sur un fond clair, on voit, en cas d'acariase, la présence de petits points noirs plus ou moins nombreux, visibles à l’oeil nu, ou mieux à la loupe.

 

ORGANES INTERNES

Avec de petits ciseaux et après avoir dépouillé la face ventrale de l'oiseau, inciser de chaque côté, à travers les côtes et rabattre le bréchet ou le séparer complètement. On voit le coeur en haut puis le foie, et en bas l'intestin. La rate nor­male est très petite et difficile à trouver. En cas de pseudotuberculose, elle est énorme (prèsque le 1/4 du foie) et couverte de nodules qui la ren­dent encore plus visible. Souvent, elle apparaît sous le foie dès l'ouver­ture du corps, sinon, en soulevant le foie, elle devient visible avec ses lésions.

Le foie peut être très gros, jaunâtre (hépatite), l'intestin anormalement rouge et congestionné (entérite). Aucune de ces lésions n'est caractéris­tique et ne peut conduire à un diagnostic précis. Toute autre recherche est du ressort d'un spécialiste entraîné.

 

Pour en savoir plus afin de toujours mieux conduire votre élevage,

cliquez  ICI

 

 

Diamants-quadricolore.jpg

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chesnel 22/06/2014 11:41

Rares sont les blogs qui traitent des pathologies des oiseaux de cages et de volières. Merci de contribuer à la qualité de nos élevage amateurs !

Présentation

  • : Basse-cour et volière
  • Basse-cour et volière
  • : Documentation pratique permettant d'élever de façon rationnelle : volailles, pigeons, lapins, oiseaux de parc, de cage et de volière.
  • Contact

Nombre de pages vues 01/07/2014

 

1.373.050 

 

Mois record :

37.034  (05.2012)

Recherche

Visiteurs en ligne

Internat. ouvert le 14.04.09

free counters

Texte Libre

 

Catégories